La femme du futur et autres contes paradoxaux – François Coupry

la-femme-du-futur-francois-coupry-9782355932045

404 pages

Editions Pascal Galodé

 

logo_pascal_galode http://www.pascalgalodeediteurs.com/

 

 

 

Quatrième de couverture

La Femme du Futur parle du paradis. Une civilisation où l’on gagne de l’argent sans travailler, où les banques donnent sans compter, où il n’y a plus de pauvres, où tout le monde s’aime. Une jeune fille s’émeut de cette merveilleuse situation, et tente d’en douter.

Ce conte inédit est accompagné de trois rééditions de textes introuvables et cultes. Jour de Chance, où un assassin récidiviste ne parvient pas à se faire juger, emprisonner, et demeure innocent. Nos Amis les Microbes (Une Journée d’Hélène Larrivière), où la vie d’une jeune femme est racontée du point de vue de ses sympathiques et joyeux microbes. Ventre bleu, où le héros se trouve si heureux dans une clinique qu’il se crée des maladies pour y rester.

Ces contes, par l’auteur du Fils du Concierge de l’Opéra, de L’Enfant qui lisait dans le ciel, du Rire du Pharaon, des Souterrains de l’Histoire, subliment un art du paradoxe qui met nos idées ordinaires sens dessus dessous.

 

Mon avis

Grâce aux éditions Pascal Galopé que je remercie, j’ai découvert un nouvel auteur : François Coupry. Ce livre regroupant quatre contes paradoxaux m’a assez plus. Par contre ils portent bien leur nom !! parce que pour être particulier et bizarre ces contes sont effectivement paradoxaux, surtout Jour de chance, Ventre bleu et surtout Nos amis les microbes. J’ai eu parfois du mal à tout saisir, comprendre et analyser !!! Je me suis souvent sentie perdu lors de cette lecture c’est pourquoi j’ai préféré et de loin le dernier conte « La femme du futur » qui donne le nom de ce recueil de nouvelles. Ce dernier m’a vraiment plus, il était je trouve plus cohérent, il tendait plus vers l’anticipation que vers le conte où le raisonnement logique n’a que peu de place.

Avec ces contes j’ai du mal à me faire une idée du style et de l’écriture de l’auteur. Le quatrième conte était agréable à lire, assez prenant, d’un style assez fluide par contre les trois premiers m’ont paru difficile à lire, un peu prise de tête, j’avais du mal à savoir où j’en étais. Cependant l’auteur arrive à garder le lecteur, à le faire rester accroché à ses mots puisque j’y ai quand même trouver de quoi satisfaire mon envie de lire.

Cette lecture est donc assez particulière mais elle vaut largement le coup si je puis dire d’être lu. A vous maintenant de vous faire une idée !!

Et encore une fois un grand merci aux éditions Pascal Galopé.

Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s