Susan Hopper – Le parfum perdu – tome 1 – Anne Plichota- Cendrine Wolf

susan hopper tome 1 le parhum perdu

édtions XO Jeunesse

  • • Roman jeunesse
  • • Parution : 21 mars 2013
  • • 396 pages
  • • Format : 135×215 mm
  • • Prix : 16,90 euros
  • • ISBN : 9782845635609

Je remercie de tout coeur clip_image002

et les éditions logo-xo-editions jeunesse pour ce partenariat

Quatrième de couverture (source XO Jeunesse)

Un manoir en Écosse… Susan n’en revient pas. Du haut de ses qua­torze ans, elle savoure pour la pre­mière fois le confort d’un grand lit moel­leux dans une cham­bre bien à elle. Et cela, grâce aux Hopper qui vien­nent de l’adop­ter.

Soudain, ce n’est plus la dou­ceur du drap qu’elle sent sous ses orteils, mais un sol rocailleux et froid. Une brise glacée lui caresse les joues. En ouvrant les yeux, elle dis­tin­gue une statue qui se découpe dans le brouillard. À ses pieds, les pier­res tom­ba­les s’étendent à perte de vue. Un cime­tière. Elle se trouve en plein milieu d’un cime­tière. Et des tombes s’échappent len­te­ment une ombre, puis une autre, et une autre encore…

Un rêve. Ce ne peut être qu’un rêve.

Mais si ce n’était pas le cas ?

Si la malé­dic­tion qui pèse sur Susan depuis sa nais­sance l’avait fina­le­ment rat­tra­pée ?

Susan Hopper, un conte noir où les cau­che­mars pren­nent vie, est signé par Anne Plichota et Cendrine Wolf, les auteurs de la célè­bre série Oksa Pollock, tra­duite dans 27 pays.

Mon avis :

Très bonne lecture, un très bon livre de littérature jeunesse mais pas que ! Susan Hopper ne s’adresse pas qu’aux adolescents et heureusement, cela serait dommage qu’il soit aussi restrictif !!

Donc une très bonne lecture, un livre captivant du début à la fin, des passages qui m’ont plutôt fait « flipper » et oui je sais c’est sensé être un livre jeunesse !

Des personnages attachants, ambigües pour certains, en particulier Helen.  Une histoire qui tient la route même si j’ai été surprise par ce qui arrive à Eliot au chapitre 32. C’est un peu décevant et redonne au livre son aspect littérature jeunesse, trop jeunesse justement par rapport au reste du livre. Cela dit ça n’enlève rien à la qualité du livre, c’est juste un avis personnel qui ne m’empêchera pas de lire la suite d’autant plus que la fin est très énervante !!!

Enervante parce qu’il va falloir attendre pour voir comment les choses vont tourner pour nos quatre comparses. Cette fin donne très envie de lire le tome 2 mais il va falloir attendre mars 2014, je sais ça va être long !

Aux niveaux des personnages Susan peut-être parfois agaçante lorsque l’on voit qu’elle joue, on comprend qu’elle se méfie, qu’elle veut donner une très bonne impression aux Hopper. Pourtant elle semble attachée à cette famille, surtout à Eliot mais elle manque un peu de spontanéité.

La présence de Georgette, trop mimi cette petite Carlin, donne un petit côté de légèreté à cette histoire assez noire.

Le grand-père d’Eliot est un érudit et un original très sympathique.

Autre « personnage » important qui n’est pas à négliger : le lieu où se déroule le roman.

Ce premier tome est très complet, tant au niveau de l’histoire qu’au niveau des personnages qui ont chacun leur particularité.

Malgré quelques petites choses qui m’ont déplu, mais tellement peu, je lirais le tome 2.

Merci beaucoup à Livraddict et aux éditions XO jeunesse pour cette découverte .

Le site officiel de la série Susan Hopper http://www.susan-hopper.fr/#bande_annonce.k

Le site de l’illustratrice Laura Csajagi http://www.laurart.book.fr/

L’Ouroboros d’Argent – Ophélie Bruneau

ourobros

éditions Le Chat Noir

255 pages

Un très grand merci aux éditions Le Chat Noir pour ce service presse editions-chat-noir-L-N6e3tJ

Quatrième de couverture (source éditions Le Chat Noir)

Axel est généreux. Axel est amoureux. Axel est trop gentil. Aujourd’hui, il doit traverser la France pour acheminer un héritage.
Célia est fière. Célia est implacable. Célia est un loup-garou. Aujourd’hui, secondée par deux jeunes de sa meute, elle doit retrouver l’objet responsable d’une vieille malédiction.

À la croisée des chemins, le piège se referme dans le Massif Central. Prête à tout pour mener à bien sa mission, Célia n’hésitera pas à détruire la vie d’Axel s’il le faut. Le jeune homme a de la résistance à revendre et des amis prêts à l’aider. Pourtant, cette fois, il pourrait bien finir broyé au nom de l’Ouroboros d’argent.

L’artefact vaut-il seulement tous ces sacrifices ?

Mon avis :

Alors là coup de coeur ! J’ai adoré ce roman, je crois que j’apprécie fortement les histoires de loup-garou. Je me suis régalée.

Ce livre « surprise » parce qu’il est arrivé dans ma boite à lettres sans que je m’y attende, un très grand merci au éditions Le Chat Noir.

La couverture est belle et donne envie d’ouvrir le livre. Et là une fois le livre ouvert il est très difficile de le refermer.

J’ai tout apprécié dans ce roman, l’écriture et le style de l’auteur, les personnages, l’intrigue et l’ambiance.

Et petit plus pour moi, une partie du roman se passe près de chez moi.

Dans ce livre, j’avais envie d’écrire dans ce tome, l’auteur met en place la structure d’un univers, celui des loup-garou : les différentes meutes, la hiérarchie à l’intérieure des meutes, les rivalités ou jalousies. J’ai l’impression et surtout l’espoir qu’il y aura une suite.

Tout est réuni pour captiver le lecteur, la quête d’un objet magique, une malédiction et surtout les loup-garou, le combat qu’ils mènent contre les lunards, les dangers qu’ils encourent, la difficulté à accepter sa différence.  Je pense notamment à Capucine qui est très attachante et dont le destin est émouvant.

Après que dire d’autre pour vous donnez envie de le lire ? Ce livre est captivant, il serait dommage que vous passiez à côté d’un tel roman.

A noter aussi qu’Ophélie Bruneau, outre le fait qu’elle écrit admirablement bien est une personne généreuse. J’en veux pour preuve qu’à son initiative une partie des droits est reversée à l’association Handi’cats pour chats et chiens handicapés.

Voici le lien du site : http://handicats.forumgratuit.org/

Lien vers le site de l’illustratrice Fleurine Rétoré http://lemondedefleurine.com/

Le dernier des treize – Mercedes Deambrosis

v_couv_deambrosis

> Version papier

ISBN papier : 978-2-35306-050-4
Prix : 15 €
Format : 140 x 195 mm
280 pages, broché, avec découpe en couverture

> Versions numériques

ISBN PDF : 978-2-35306-081-8
Prix : 7,49 €

ISBN EPUB : 978-2-35306-080-1
Prix : 7,49 €

Merci aux éditions la branche pour ce service presse editions-la-branche

Résumé :
Ils étaient une bande de treize adolescents inséparables, des idéalistes nés trop tard, « une génération à la con qui a tout raté ». Une nuit, soûls, ils se jurent de ne jamais désarmer et décident d’engager un tueur à gages chargé de les exécuter si, adultes, ils venaient à trahir leurs idéaux.
Aujourd’hui, proches de la cinquantaine, le poids du temps, du boulot et des compromis pèse sur leurs épaules. Ils travaillent ensemble, ne sont plus vraiment des amis mais se revoient, aux enterrements. Car la bombe à retardement de leur jeunesse s’est enclenchée : chaque treize lune, l’un d’eux est assassiné…

Mon avis :

Voilà un autre livre qui explique le pourquoi de l’intérêt d’un service presse. J’ai reçu ce livre alors que je ne m’y attendais pas du tout, peut-être même certainement un livre que je n’aurais pas acheté et me voici partie pour une excellente lecture.

Ce livre, ce thriller est addictif, le style de l’auteur est un régal et chose curieuse alors que j’ai trouvé quasiment tous les personnages antipathiques ou énervant j’ai pourtant beaucoup apprécié cette lecture.

Des quinquagénaires plus vraiment amis mais obligés de se côtoyer de par leur travail vont mourir de mort violente à intervalle régulière et les uns après les autres. Alors forcément les protagonistes se posent des questions, cherche un bouc émissaire.

Ces treize là ont des caractères assez particuliers pour certains et rien de positif ne ressort chez eux.

Mais le pire, celui que l’on a envie d’écraser lentement mais sûrement de son talon, oui c’est à ce point, c’est l’inspecteur Louis-Edouard Dudeuil et ça ne va pas en s’arrangeant au fil des pages.

Tout le long du livre le lecteur se pose des questions, vie quasiment au même rythme que les treize. Quant à la fin et bien elle est surprenant !

Bref une excellente lecture et la découverte d’un auteur.

Je vous incite vivement à lire ce roman que vous ne lâcherez pas fois ouvert !

La couleur des sentiments – Kathryn Stockett

la couleur des sentiments

Lecture comme sur Livraddict, merci à Kalea

Quatrième de couverture

Chez les Blancs de Jackson, Mississippi, ce sont les Noires qui font le ménage, la cuisine, et qui s’occupent des enfants. On est en 1962, les lois raciales font autorité. En quarante ans de service, Aibileen a appris à tenir sa langue. L’insolente Minny, sa meilleure amie, vient tout juste de se faire renvoyer. Si les choses s’enveniment, elle devra chercher du travail dans une autre ville. Peut-être même s’exiler dans un autre Etat, comme Constantine, qu’on n’a plus revue ici depuis que, pour des raisons inavouables, les Phelan l’ont congédiée.
Mais Skeeter, la fille des Phelan, n’est pas comme les autres. De retour à Jackson au terme de ses études, elle s’acharne à découvrir pourquoi Constantine, qui l’a élevée avec amour pendant vingt-deux ans, est partie sans même laisser un mot.
Une jeune bourgeoise blanche et deux bonnes noires. Personne ne croirait à leur amitié; moins encore la toléreraient. Pourtant, poussées par une sourde envie de changer les choses, malgré la peur, elles vont unir leurs destins, et en grand secret écrire une histoire bouleversante.

Mon avis :

Je suis ravie d’avoir enfin La couleur de sentiments. A force d’en attendre que du bien sur la blogosphère j’avais envie de le découvrir et de m’en faire ma propre idée. La lecture commune de ce livre sur Livraddict organisée par Kalea tombait à point.

Cette lecture a été une très belle lecture, un coup de coeur.

Nous sommes en 1962 à Jackson dans le Mississipi où les lois raciales sont appliquées. Les Noires servent les Blancs, ménage, cuisine, s’occuper des enfants et ont juste le droit de se taire, ni plus ni moins. Ils doivent être invisibles aux Blancs.

Pourtant beaucoup de tendresse unie les femmes noires aux enfants dont elles s’occupent et comme le dis Aibileen tout change lorsqu’ils deviennent adultes. Mais l’un d’entre eux ne suivra pas ce triste schéma, il s’agit d’une jeune fille, Miss Skeeter. Elle veut réunir dans un livre les témoignages des bonnes noires, leur relation avec leur patronne, la façon dont elles sont traitées, et leur vie tout simplement.

J’ai tout particulièrement apprécié la relation entre Aibileen et la petite Mae Mobley, très touchante et qui montre bien l’importance de cette bonne et tout l’amour qu’elle apporte à cette petite fille.

J’ai royalement déteste Miss Hilly, elle considère ceux et celles qui ne sont pas comme elle comme des moins que rien.

Après je ne vais pas vous raconter le livre, je vous invite à le découvrir, à vous le procurer au plus vite et  le lire.

Les avis des autres participant(e)s: (source blog de Kalea)

Kalea
– Félina
Walpurgis
Benny2104
Croc-Book
A-little-bit-dramatic
Pimousse4783
– Cerisia
– Lynn
Véro
– Can_diice
– JCV
– Barbouille
– Agnes
Marinette

Avenael

Foire du livre de Brive 2013

Alain Mabanckou, président de la 32e Foire du livre de Brive

les 8, 9 et 10 novembre 2013

Philippe Nauche, député-maire de Brive,
a annoncé qu’Alain Mabanckou sera
le président de la 32e édition de la Foire du livre de Brive.

33
L’auteur de Verre cassé succède ainsi à Erik Orsenna, Frédéric Beigbeder, Laure Adler ou encore Antoine Gallimard et, comme ses prédécesseurs, souhaite être pleinement impliqué dans la programmation de la grande manifestation littéraire de l’automne qui comptera une centaine
de rendez-vous littéraires (rencontres, débats, lectures, projections) et accueillera 350 écrivains, auteurs et journalistes.

« Nous avons souhaité proposer cette présidence
à un écrivain bien installé dans le paysage littéraire actuel, reconnu par le public et les libraires, mais surtout capable d’apporter, avec notre concours,
un regard neuf à la programmation dont il est impératif qu’elle reste étonnante, nouvelle et attractive pour un large public de lecteurs ou de curieux » a déclaré Philippe Nauche.

Alain Mabanckou est né en 1966 à Pointe-Noire au Congo-Brazzaville, où il a grandi et est allé au lycée. Il a commencé des études de Droit à l´Université Marien Gouabi de Brazzaville puis les a poursuivies en France à Paris-Dauphine.

Parallèlement, il produit et anime des émissions culturelles à Média Tropical. Il devient en 2003 professeur de « creative writing » et de littérature francophone à l’Université du Michigan, puis à l’Université de Californie – Los-Angeles (UCLA).

Ecrivain, poète, il est l’auteur de nombreux romans (Verre cassé, Black Bazar), de recueils de poésie
et de plusieurs nouvelles. Lauréat du prix Renaudot 2006 pour Mémoires d’un porc-épic, il a été couronné par l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre (Grand Prix de littérature Henri Gal 2012).
Il vient de publier au Seuil Lumières de Pointe-Noire, récit de son retour dans sa ville natale après 23 ans d’absence.

L’aventure livresque continue ici….

76467591

Me voici toute nouvelle sur Worpress, adieu over-blog !!!!

Ne pouvant pas importer Le Boudoir des Livres d’over-blog, je vais copier-collet mes billets.

J’ai du travail en perspective mais petit à petit j’en viendrais à bout !

Ici les livres sont classés par ordre alphabétique et non plus par genre littéraire.

Pour l’instant mon petit Boudoir Livresque est bien vide mais il va très très vite s’étoffer 🙂

J’espère qu’il vous plaira, @ très bientôt

Sylvie Cerisia