Le moine – Matthew G. Lewis

éditions Babel – 512 page

Quatrième de couverture

Chef-d’oeuvre du roman gothique anglais, Le Moine (1796) met en scène la déchéance d’un capucin suprêmement vertueux, pris dans les rets d’une tentatrice diabolique. Péchés de la chair, magie noire, visions infernales, transgression, damnation : rédigé par un jeune homme de vingt ans à peine, ce récit sulfureux, où le fantastique se mêle à l’horreur et où le désir règne en maître, créa le scandale avant d’être érigé en objet de culte par des générations d’écrivains. On ne compte plus les romantiques qui, comme Hoffmann, Coleridge et Victor Hugo, s’en inspirèrent ; Charles Dickens alla jusqu’à acheter le manuscrit aux enchères ; André Breton en fit un modèle pour le surréalisme ; et Antonin Artaud, qui en proposa une réécriture libre, salua l’envoûtante « sorcellerie verbale » de Lewis : « Je continuerai à tenir pour une oeuvre essentielle Le Moine, qui bouscule cette réalité à pleins bras, qui traîne devant moi des sorciers, des apparitions et des larves, avec le naturel le plus parfait, et qui fait enfin du surnaturel une réalité comme les autres. »

Mon avis

Quelle lecture !!! Ce livre était dans ma PAL depuis longtemps, j’avoue qu’il me faisait peur, je m’attendais à m’ennuyer pas mal mais que nenni !

Je l’ai lu dans le cadre du LDPA sur Livraddict, c’est ma binôme Belial qui me la choisi, voilà pourquoi je l’ai lu sinon je crois qu’il y serait encore !

Ce fût une très très bonne lecture, je regrette un peu de ne pas l’avoir lu fin octobre pour Halloween, il aurait été parfait pour ce thème.

C’est un pavé mais il se lit vite et très facilement niveau style contrairement à ce que je pensais. J’ai apprécié le style de l’auteur, quelques petites longueurs de-ci delà mais très franchement rien de bien méchant.

Alors au niveau de l’histoire autant dire que ce livre est pour un public avertit et « âme sensible s’abstenir » parce qu’il y a des passages très violents et malsains, c’est un peu tout le livre en fait qui est comme ça, il y a des faits vraiment horribles, cruels et angoissants.

C’est particulier mais pour ma part ce livre m’a captivé du début à la fin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s