Aristote et Dante découvrent les mystères de l’univers – Benjamin Alire Saenz

éditions PKJ

358 page

Quatrième de couverture

Ari, quinze ans, est un adolescent en colère, silencieux, dont le frère est en prison. Dante, lui, est un garçon expansif, drôle, sûr de lui. Ils n’ont a priori rien en commun. Pourtant ils nouent une profonde amitié, une de ces relations qui changent la vie à jamais… C’est donc l’un avec l’autre, et l’un pour l’autre, que les deux garçons vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l’univers.

Mon avis

J’ai entendu parler de ce livre depuis plusieurs mois et chaque fois en bien. Lorsque je l’ai vu à la médiathèque je n’ai pas hésité une seule seconde et je l’ai pris. Maintenant ça m’embête un peu de le rendre mais il faudra bien. J’aime bien avoir dans ma bibliothèque les livres coups de cœur et ce livre est un beau, un immense et un grand coup de cœur.

Je l’ai lu assez vite, il y a beaucoup de dialogues plutôt court et les chapitres sont aérés la plupart du temps, voilà pour la forme. Le contenant est superbe, j’adore cette couverture.

Le contenu de ce livre est quant à lui beau, une pépite ce livre, une fois ouvert on ne le pose plus ou peu.

Pas facile du tout de décrire ce que j’ai ressenti durant ma lecture mais après avoir lu la dernière page, la dernière ligne j’ai fini le larmes aux yeux.

Voilà, j’ai ressenti une belle et grande émotion à la lecture de ce livre, quelque chose de beau, de vrai, c’est vraiment une magnifique lecture.

L’auteur aborde plusieurs thèmes avec talent et délicatesse. Le lecteur entre à pas feutrés dans la famille de Aristote et dans une moindre mesure dans celle de Dante.

 

Un livre qui doit être absolument lu.

 

Les Eveilleurs tome 3 – Pauline Alphen

logo_12392

Editions Hachette roman

360 pages

206/360 pages / abandon

 

Quatrième de couverture

Les Trois Vallées ne sont plus la région paisible où ont grandi les jumeaux. Le château a été incendié, les routes ne sont plus sûres et le petit village isolé de Salicande est attaqué par des bandits portant des armes surgies des Temps d’Avant. Revenue de l’île dans ce monde changé et qui lui est inconnu, Claris chemine seule vers le Nomadstère pour y accomplir ce qu’elle pense être son destin : devenir Nomade de l’écriture. De son côté, Jad poursuit ses explorations dans les limbes, guidé par Gabriel, et les limbes s’avèrent être un univers lui aussi soumis aux surprises et aux changements. A Salicande, se réunissent tous autres personnages : Ugh, de retour des limbes se retrouve héros malgré lui ; Blaise, qui arrive en compagnie de l’énigmatique Peuple des Arbres ; Maya, qui est là avec Ellel et Blanc-Faucon. Ensemble, ils vont s’attacher à comprendre les nombreuses énigmes qui sillonnent l’univers des Eveilleurs.

Mon avis :

Alors bon comment dire…après m’être profondément, immensément ennuyée avec le tome 2 j’ai quand même voulu donner une autre chance à cette série.

Pourquoi avoir persisté ? Parce que j’avais les tomes 3 et 4 dans ma PAL et que j’ai rencontré l’auteur à la Foire du Livre de Brive, auteur très sympathique voilà pourquoi !

J’ai lu 206/360 pages j’ai persévéré un peu puis j’ai abandonné ma lecture ! non seulement je m’ennuie affreusement mais en plus je n’arrive même à visualiser les lieux, les personnages, les visages. Je n’arrive pas à rentrer dans ce roman.

Je n’ai donc pas fini le tome 3 et je ne lirai pas le tome 4 que j’ai sorti de ma PAL.

Les éveilleurs – tome 2 – Pauline Alphen

Ailleurs_Les_Eveilleurs_tome_2

éditions Le livre de poche jeunesse

334 pages

 

Quatrième de couverture

« Lorsque vint le temps de nos treize lunées, il y eut un nouvel anniversaire, un nouvel orage. Mon frère et moi avons été séparés pour la première fois depuis toujours. C’était indispensable. Ce fut douloureux. Mais pas seulement… Dans le creux de cette absence nous attendaient aussi la connaissance et la beauté. S’il est vrai que la vie connaît des carrefours, cette étapes en fut un…

Mon avis

Lecture très moyenne, j’espère que le tome 3 me plaira plus. Dans ce tome les chapitres consacrés à Jad, Ugh et Gabriel dans les limbes m’ont profondément ennuyés, c’est lent, j’ai trouvé que ces chapitres ne servaient à rien.
Au final dans ce tome j’ai trouvé qu’il ne se passait pas grand chose de passionnant. Je vais lire le tome 3 parce que je l’ai sinon je ne l’aurais pas acheté.

Le Château des étoiles – volume 1- Alex Alice

9782369810131_cg

éditions Rue de Sèvres

62 pages

En partenariat avec capture-d_c3a9cran-2014-08-08-c3a0-12-14-40

A paraître le 24 septembre 2014

 

Quatrième de couverture

Au XIXe siècle, d’intrépides explorateurs repoussent sans cesse les limites de l’inconnu.

Avides de nouvelles découvertes, ils tournent leurs regards vers les étoiles…

1869 : La conquête de l’espace commence !

photo3

 

Mon avis

De moi même je n’aurai pas acheté cette BD tout simplement parce que j’en lis très peu pour la simple et unique raison que ça se lit trop vite, ça doit être la première de cette année.
Donc si je ne l’avais pas reçu en partenariat je ne l’aurai pas lu et je serai passée à côté d’une très bonne lecture et d’une bande dessinée de qualité.
La couverture est sublime, les dessins sont beaux, fins et détaillés. Le texte est dense, en clair il y a de quoi lire lorsque comme moi on évite les BD par qu’il n’y a pas grand chose à lire ça c’est juste mon avis perso !
Le Château des Etoiles est un dyptique, une très bonne chose puisque justement avec les BD il y a très souvent de très nombreux tomes ce qui me fait délaisser ce support littéraire.
J’espère ne pas passer à côté de la parution du tome 2 car j’ai vraiment envie de le lire et de découvrir les nouveaux dessins qui nous seront proposés, retrouver les personnages et connaître la suite.
E n conclusion une belle découverte que ce soit au niveau de l’auteur, du graphisme, une très bonne bande dessinée, du texte et des dessins de très grande qualité, un beau coup de coeur.

N’hésitez pas à lire ce premier tome.

 

 

Les éveilleurs tome 1 – Pauline Alphen

eveilleurs1

éditions Le Livre de Poche Jeunesse

515 pages

Quatrième de couverture

Dans une vallée isolée, grandissent Claris et Jad. Ils sont jumeaux, se comprennent sans rien se dire, et vivent dans un univers où évoquer le passé est interdit. A Salicande, en effet, personne ne parle des Temps d’Avant, pas plus que de leur mère, disparue mystérieusement. Que s’est-il produit ? Y a-t-il un lien avec ces dons étranges dont les enfants semblent avoir hérité ?

Extrait (source amazon.fr)

Les aventures n’arrivent jamais aux fillesY croireLes aventures n’arrivent jamais aux filles, pensait Claris avec rage. Jamais ! se répéta-t-elle en évitant de justesse la pointe mouchetée de l’arme, qui lui frôla l’épaule. Son adversaire ne lui faisait pas de cadeau. Bien sûr, les garçons sont plus forts. C’était la réalité, c’était indéniable, c’était énervant.
Elle porta le fleuret violemment en avant, mais le garçon esquiva sans peine. Emportée par son élan, Claris tomba en roulant sur le tapis d’exercice, sous les rires des autres élèves et du maître d’armes.
– C’était bien essayé, mais…
Ugh lui tendit la main pour l’aider à se relever. Il avait transpiré sous le masque, et ses cheveux roux étaient collés à son crâne, découvrant des yeux noisette perpétuellement étonnés. Étonnés de sa force, de son corps dégingandé, de la vie en général et, en l’occurrence, du regard transparent de Claris qui lui allait droit au coeur avec beaucoup plus de précision que son épée.
– Mais quoi ? le défia la fillette, ignorant la main tendue.
– Heu… Tu n’étais pas concentrée, je crois, balbutia Ugh, désarçonné par le ton agressif.
Claris ouvrait la bouche pour rétorquer lorsque Dag, le maître d’armes, intervint sèchement :
– Il a raison, Claris. On ne peut pas croiser le fer et penser à autre chose en même temps. Tu n’as pas vraiment essayé de vaincre Ugh. Ton esprit vagabondait ailleurs, dans les livres sûrement. Tu me rappelles ta mère.
– Ne me parlez pas de ma mère ! Je ne suis pas ma mère !
Claris se mordit les lèvres, elle aurait sûrement une réprimande pour insolence, une de plus… Mais Dag avait perçu la détresse dans la voix de l’enfant et regrettait sa comparaison malheureuse. Il ajouta d’un ton plus amène :
– La force n’est pas tout, et tu es rapide et agile. Un défaut cache souvent une qualité. Il suffît d’y croire ! Mais ça, personne ne peut le faire à ta place. Maintenant, saluez vos adversaires, le cours est fini.
Y croire ? Claris défit masque et plastron, les jeta dans les paniers et glissa son fleuret dans le râtelier en tâchant de reprendre son souffle, rendu haché par la colère. –Ce texte fait référence à l’édition broché.

Biographie de l’auteur

Née d’un père français et d’une mère brésilienne, Pauline Alphen a vécu toute sa vie entre la France et le Brésil. Baignée dans une double culture, elle découvre avec la traduction un espace qui lui permet de créer un « entre-deux » linguistique. Après avoir entrepris des études de journalisme et d’histoire au Brésil, elle se lance dans une carrière d’auteur et de traductrice. Pauline Alphen vit aujourd’hui à Toulouse.

Mon avis

Une belle découverte, j’ai beaucoup aimé et ça tome bien puisque j’ai les tomes suivants. Ce livre est très captivant, j’ai tout aimé, le style, les personnages, l’intrigue, l’univers sauf la fin, tout comme Madame Love j’ai été déstabilisée et je me demande même si j’ai tout  compris !!!

J’ai particulièrement apprécié le côté anticipation de l’histoire, tout comme le côté « écologie » qui est très réaliste, le fond du roman est la destruction de la nature et des animaux par l’homme, du moins par une minorité. L’auteur a une vision qui pourrait totalement être possible si l’homme en avait l’occasion. J’ai été d’ailleurs surprise par  ce côté écologique du roman, je ne m’y attendais pas du tout mais c’est une surprise très agréable.

Petit point négatif : j’ai eu un peu de mal au début de la rencontre avec la famille de Maya et Bahir et beaucoup un peu d’ennui durant le tournoi.

Le petit plus : j’ai adoré toutes les références littéraires, j’ai quasiment lu tous les livres dont parle l’auteur, alors forcément c’était génial. Pug, Ewilan, Fitz, Lyra, Aragorn, Gandalf, Sauron, Saroumane, Harry Potter et j’en oubli certainement, un pur régal et des références pour des lecteurs de tous les âges.

En ce qui concerne les jumeaux je préfère largement Jad,  Claris se « voile la face » pour beaucoup de chose et elle en devient agaçante, j’espère que son personnage va évoluer dans l’autre sens dans les tomes suivants

Durant ma lecture je me suis dis  » voilà encore un très bon roman que de nombreux d’adultes ne liront pas parce qu’il est catalogué « roman jeunesse » » et je trouve ça dommage ! pas seulement pour ce livre mais pour d’autres, il faudrait une autre classification  » tout à âge ».

Une saga que je vous incite à découvrir sans hésitation !

Le site de l’auteur  http://pauline.alphen.over-blog.fr/

 

Orgueil et préjugés – Jane Austen

9782253088905-T

Quatrième de couverture

Elizabeth Bennett est la cadette d’une famille de cinq filles qui vit comme il se le doit sous le toit famillial avec une mère qui n’a qu’une idée en tête: marier ses fillles. Et voilà qu’un jour un riche célibataire, M. Bingley, emménage dans la propriété voisine. C’est alors que commence tout un plan de la part de la mère pour lui faire présenter ses filles. Lors d’un bal donné à cette occasion Elizabeth fait la connaissance de M. Darcy, un ami de M. Bingley, un homme riche et orgueilleux qui a eu l’audace de s’attaquer à l’orgueil de l’héroine. Il va alors se mettre en place une multitude d’évènements qui vont les confronters l’un à l’autre et se mettra donc en place une sorte de jeu entre les deux protagonistes qui ne fera que les rapprocher au fil du roman.

 

 

Mon avis : Le premier ressenti que j’ai eu une fois le livre fini est « pfff tout ça pour ça!!! ». J’ai trouvé le l’histoire trop longue, elle m’a fais pensé aux comédies romantiques et sachant que je n’apprécie pas vraiment ce genre….J’ai aimé l’écriture et me style de l’auteur et j’aurai également apprécié le livre s’il avait été plus court parce que là je me suis quand même un peu ennuyée et le « zappage » de pages a été inévitable.

Je sais que je vais me faire « incendier » par les fans inconditionnelles de l’auteur mais sachez que tout n’est pas perdu car je relire du Jane Austen 🙂