auteurs en H

Tous les articles de la catégorie auteurs en H

Le jugement dernier – L’énigme du Codex Lucis de Stéphane Haumant

Publié 5 juin 2013 par sylviecerisia

624

éditions éditions J

376 pages

Un immense merci aux éditions tetepour cette excellente lecture

Quatrième de couverture

La fin du monde était un jour comme les autres.
Des bombes sèment la terreur au Brésil, aux États-Unis, au Japon, en Inde. Pas des bombes ordinaires, mais celles du « Jugement dernier », des engins miniaturisés d’une effroyable efficacité !
Qui se cache derrière ces attentats et pourquoi sont-ils commis, causant des milliers de morts ?
Des hommes se lancent sur la piste des mystérieux coupables qui ne formulent aucune revendication : un policier américain et un journaliste français.
Comment imaginer qu’ils devront remonter à un texte apocalyptique, le Codex Lucis des Cathares, pour identifier la source d’un complot vieux de neuf siècles et posant une question cruciale : l’humanité a-t-elle un avenir ?

L’auteur
Grand reporter, journaliste d’investigation, Stéphane Haumant est producteur d’un magazine de référence sur une grande chaîne de télévision. Le jugement dernier est son premier roman.

Mon avis :

Ce livre est absolument génial !!! Il est extrêmement addictif et cela de la première à la dernière page.

Au vue du titre « le jugement dernier – L’énigme du Codex Lucis j’avais une petite appréhension. Et si ce roman était un mélange de thriller et d’ésotérisme, un genre que je n’aime pas vraiment car il m’ennui assez vite. Donc  là il s’agit d’un thriller mais surtout d’un excellent roman.

Style de l’auteur est fluide, le rythme très soutenue, l’ennuie n’a pas de place dans ce livre. Les personnages ne sont pas forcément hyper attachants parce que justement tout n’est pas noir ou blanc. Le bien le mal, le mal le bien…on se pose pas mal de questions.

De plus l’histoire est tout à fait réaliste, je m’attendais presque à entendre parler des faits décrits dans le livre aux informations télévisuelles. Il faut bien avouer qu’avec l’actualité du moment dans le monde ce roman est bien ancrée dans la réalité.

Quant à la fin, elle est tout bonnement excellente aussi, je ne m’y attendais pas mais elle est parfaite.

« Le jugement dernier » est un mélange de trahison, d’amitié, d’utopie, de secrets d’état, d’aventure, bref du très bon !

Ce livre fût une très bonne lecture et j’ai vraiment adoré, c’est le genre de livre que l’on dévore. Alors bien sûr je vous incite à vous le procurer en toute urgence, il est impossible que vous soyez déçu par cette lecture.

Le jugement dernier de Jerôme  Bosch

le jugement dernier de Jérôme Bosch

Le livre noir de la littérature française – Alexandre Hurel

Publié 11 mars 2013 par sylviecerisia

pimientos

 

Editions Pimientos

157 pages

merci L’annuaire des blogolecteurs Membre-de-annuaireet les éditions Pimientosfavicon-pimientos

 

 

Quatrième de couverture (source éditions Pimientos)

L’objet du livre ? – Prendre la mesure de la pensée raciste dans la littérature française. L’incroyable de l’affaire ? – L’étendue des dégâts !

Racisme à plusieurs étages, si l’on veut.

Celui qui agit par mimétisme, par répétition des âneries qui traînent dans l’air du temps ; c’est le cas de Stendhal, d’Hugo par exemple.

Racisme mû par la haine, par la méchanceté, et qui préfigure les drames du xxe siècle : c’est le cas de Daudet, de Loti, des frères Goncourt.

La haine du Juif comme de l’Anglais doit être notre premier article de foi politique. Pierre-Joseph Proudhon

 

Un gros nègre du Congo dont le visage, dans toute l’exagération de la laideur de la race, offrait l’expression de la plus complète stupidité… Alexandre Dumas

 

Quoiqu’il fût juif d’origine, il se faisait mahométan dans les provinces mahométanes, […] chrétien au besoin en face d’un catholique […] — On ne t’écorchera pas ! Ta peau n’en vaut pas la peine ! Jules Verne Sauvé, sauvé ! Paris était au pouvoir des nègres ! Alphonse Daudet

 

Il se passe une chose curieuse : aussitôt que vous achats se ralentissent, l’amabilité baveuse du youtre se renfrogne. [Si la famille Rothschild n’est pas habillée en jaune, nous serons très prochainement, nous chrétiens, domestiqués, ilotisés, réduits en servitude. Jules de Goncourt

 

Il exprimait ainsi ses conclusions : – Toi tout à fait même chose comme singe !…

Et Fatou très vexée : – Ah ! Jean ! Toi n’y a pas dire ça, mon blanc ! D’abord, singe, lui, n’y a pas connaît manière pour parler, – et moi connais très bien !

Alors Fritz Muller partit d’un grand éclat de rire. Pierre Loti

 

lLes visages, qui se détournent à demi pour nous examiner, sont presque tous d’une laideur spéciale, d’une laideur à donner le frisson. […] Pour un peu on pleurerait avec eux, – si ce n’étaient des Juifs, et si on ne se sentait le cœur étrangement glacé par toutes leurs abjectes figures. Pierre Loti

 

On n’aime point les femmes de ce continent primitif. Guy de Maupassant

 

Devant Dieu, toutes les âmes sont blanches. Victor Hugo

 

 

 

Mon avis :

Tout d’abord un grand merci aux éditions Pimientos et à la Team des blogolecteurs francophones pour cette lecture.

Chroniques du racisme ordinaire – le livre noir de la littérature française du XIXe siècle est un ouvrage très instructif et effarant.

Le racisme dans toute sa splendeur écrit par de grands auteurs, voilà ce que m’a dévoilé ce livre. Difficile de dire lequel ou lesquels de ces auteurs sont les pires !!! Peut-être que le moins pire serait Maupassant mais les autres…

Les autres sont tout particulièrement ignobles, durant certains passage c’est avec la nausée au bord des lèvres que j’ai poursuivi ma lecture. Certaines descriptions sont totalement invraisemblables, on a du mal à imaginer qu’un auteur est pu faire une telle descriptions d’un être humain. Le racisme dans les pages que j’ai lu concerne surtout les noirs et les juifs. Les premiers sont traités de façon terriblement choquante et comme des moins que rien, des sous-hommes. Quant aux second ils sont comparés à des êtres maléfiques tant et si bien que certains passages les concernant font penser à des livres de fantastique où les décrit un démon malfaisant, un vampire cruel.

En lisant tous ces extraits on ne peut pas trouver d’excuses à ces auteurs.

Le plus choquant c’est de voir que malgré les écrits du Jules Goncourt qui sont je crois les pire un certain prix porte ce nom.

Ce livre est un constat sans concessions à lire absolument.

Les infernales – Stephanie Hochet

Publié 23 mars 2008 par sylviecerisia

2234057531

Résumé (alapage.com)
Qu’est-il arrivé à Jessica Tignard ? Comment la jolie petite fille aux dons prodigieux qui subjuguait son entourage, l’enfant star de la pub, est-elle devenue cette femme terne et gauche, à la fois soumise et revêche ? C’est une sorte de crime parfait que nous conte Stéphanie Hochet. Un crime sans cadavre, car Jessica vivra très vieille aux côtés de Camille Mouche, son ancienne rivale sur les castings, celle qui la détestait tout en voulant lui ressembler. Quand elles se retrouvent quelques années plus tard, Jessica est vendeuse de cosmétiques, Camille vient de publier un livre. Elles vont sceller un pacte tacite qui fera de Jessica la conseillère littéraire, puis l’esclave, de sa diabolique compagne. Tandis que Jessica s’étiole et dépérit au fil des années, Camille devient une grande dame du roman policier, épanouie et respectée. Les Infernales est le récit d’une vengeance accomplie. Telle une araignée tissant sa toile, Camille maintient son emprise sur une victime fragile jusqu’à en faire son esclave consentante.

mon avis :
roman sympathique, un bon moment de lecture. L’histoire est assez prenante, surprenante et cruelle. J’ai bien aimé.
ma note 8/10

La joueuse d’échecs – Bertina Henrichs

Publié 12 mars 2008 par sylviecerisia

la-joueuse-d--checs

lu pour le prix des lecteurs du livre de poche 2008

Quatrième de couverture (alapage.com)

Un jeu peut-il faire basculer la vie d’une femme ? Difficile de le croire. Dans l’île de Naxos, les joueurs de trictrac sont légion, mais jamais aucune femme n’a approché les pions noirs et blancs. Quant à ceux d’un échiquier, n’y pensez même pas ! Cependant, pour Eleni, prise dans une vie sans aspérités et sans folie, le plus vieux jeu du monde sera le début d’une aventure
qui la mènera jusqu’à l’émancipation.

Biographie de l’auteur
Bertina Henrichs, née à Francfort, vit en France depuis près de vingt ans. Elle est scénariste de documentaires et de fictions. La Joueuse d’échecs, son premier roman, qu’elle a écrit directement en français, a rencontré un franc succès en librairie et a remporté de nombreux prix de lecteurs. Il est aujourd’hui traduit dans six pays.

Mon avis : Un roman captivant, touchant et émouvant. Une bien belle histoire sur les relations humaines, la volonté, la persévérance et la confiance en soit. Les personnages sont très attachants et le décor superbement méditerranéen.
A lire sans hésitation.

Ma note 9/10

L’Assassin Royal tome 9 – Les secrets de Castelcerf – Robin Hobb

Publié 24 novembre 2007 par sylviecerisia
Résumé (France Loisirs)
Après avoir tiré le prince Devoir des griffes des fidèles du prince Pie, Fitz songe à reprendre une existence tranquille. Mais c’est sans compter avec la reine Kettricken qui lui demande de surveiller la délégation d’Outre-mer qui escorte la fiancée du prince et semble poursuivre des visées secrètes.
Et la guerre civile menace toujours le royaume des Six-Duchés…Mon avis : une merveille ce cycle, ce tome là est fabuleux, je sais je dis ça quasiment à chaque fois !!!!C’est tellement plus facile de parler d’un livre que l’on a pas aimé !!!
Là que puis-je dire ? j’aime j’aime j’aime, j’adore, je suis très attachée à certains personnage, l’histoire est magnifiquement prenant, j’aimerais pouvoir franchir une autre dimension est rejoindre le duo Fitz/le Fou, les voir en vrai !!! Je ne me plainds pas non plus car l’auteur Robin Hobb a tellement de talent que dès que l’on ouvre le livre (magique ?) on est tout de suite ailleurs, du moins moi je suis tout de suite ailleurs.
Ce tome est très dense en révélation, pauvre Fitz/Tom Blaireau, comment va-t-il réagir par la suite, c’est terrible pour lui d’apprendre vous savez quoi pour ceux qui l’ont lu, pour les autres je n’en dis pas plus….

Ma note 10/10