La Geste d’Alban tome 2 – Jean-Luc Marcastel

Alban Cover tome 2

Editions du Matagot

358 pages

Merci aux éditions du Matagot pour ce partenariat et pour leur confiance 49303_1832708542_4722_n

Quatrième de couverture

Au cœur des Terres d’Oc blessées par le cataclysme, il est un roc solitaire battu par les vents qui s’écartèlent ici plus souvent qu’ailleurs au bord de gorges insondables. Les Malebestes hantent encore de leurs ombres difformes cette région ensauvagée et traquent le voyageurs qui a l’inconscience d’y égarer ses pas… Pourtant, en ce lieu oublié de Dieu s’élèvent contre les ténèbres et leurs émissaires les remparts austères de Montsalvy et de son abbaye… C’est là, à l’ombre de ses murs qu’Alban, en route pour rejoindre son mentor, Enguerrand de Trencavel, fait halte avec ses compagnons. Mais Montsalvy, le mont Sauveur, mérite-t-il encore son nom ? Depuis la fin des Maljours, l’abbaye n’abrite plus les pèlerins, mais retient, derrière ses murs, les enfants brècheux dont on veut se débarrasser… on dit qu’on les y éduque… qu’on s’occupe d’eux… Mais depuis quelques années, des cris atroces troublent les nuits des habitants de la petite cité de pierre grise, et en matière de brècheux, les seuls qu’on voit encore sont les terribles limiers aveugles de l’abbaye. On ne lâche qu’à la nuit faite dans les rues rendues à l’obscurité et à la peur. Que cherchent-t-ils , Qui traquent-ils ? Malheur, alors, à celui qui traine dehors… Le ver est dans le fruit… Une ombre s’étend sur Montsalvy… Une ombre encore sans visage, un ennemi sans nom… L’avant-garde du mal… Alban saura-t-il lever le voile à temps pour sauver ses compagnons et la belle Lamia ? Et Lamia elle-même, quel lourd secret cache-t-elle sous le masque de sa beauté venimeuse ? Masque pour masque, ombre pour ombre… Qui est qui et qui est quoi ? Il est temps de commencer une nouvelle veillée pour convoquer, dans les flammes de l’âtre, le souvenir du Lion Banc d’Occitània…

Mon avis

Tout d’abord je remercie les éditions du Matagot pour cette lecture. J’ai passé un agréable moment avec le tome 2 de La Geste d’Alban. Ce n’est pas un coup de cœur car deux choses m’ont gênées durant ma lecture.

En premier lieu le fait que l’on apprend pas grand chose dans ce second tome, j’aurais voulu en savoir plus sur certains points et c’est assez frustrant. D’autant plus frustrant (et cela est mon deuxième fait qui m’a gêné) que l’auteur prend le parti pris de raconter l’histoire d’Alban via un conteur et ce conteur prend la parole pour nous dire qu’il faut attendre plus tard pour prendre connaissance de tel ou tel fait !

Déjà le fait qu’au début de chaque tome, tout comme dans Louis Le Galoup, c’est le conteur qui dit aux auditeurs sensés être au coin du feu, c’est à dire nous le lecteur qu’il va nous raconter l’histoire d’Alban et cela je n’aime pas du tout, il faut vraiment que je fasse un effort pour faire abstraction du conteur pour pouvoir s’immerger dans le livre et ne pas avoir l’impression que l’on me raconte une histoire pas vrai !

Bon je ne sais pas si je me fais bien comprendre, mais vous aurez compris que personnellement cela me gêne profondément.

Ce livre n’apporte pas beaucoup de réponses mais surtout beaucoup d’interrogation, je ne sais pas si dans le tome 3 j’aurais des réponses , si j’en apprendrai plus.

Par contre j’ai beaucoup apprécié les nouveaux protagonistes, à part ceux qui sont haïssables à faire peur !

Mais il m’a manqué quelque chose dans ce tome 2 pour qu’il soit passionnant.

New Pal 2014 (ban)

La Geste d’Alban tome 1 – Jean-Luc Marcastel

livre-l-enfant-monstre-473-1

éditons Nouvel Angle

383 pages

443 pages avec les annexes

Je remercie grandement les éditions 49303_1832708542_4722_n pour cette excellent lecture

Page des éditions Nouvelle Angle collection Matagot consacré à La Geste d’Alban http://www.matagot.com/spip.php?page=rubrique&id_rubrique=72&produit=72

Quatrième de couverture

300 ans avant l’histoire de Louis…

Les Maljours s’achèvent à peine, la lumière caresse timidement les terres d’Oc blessées par le cataclysme. Les hommes luttent contre les Malebestes en un combat sans merci. C’est en cet âge sombre que nait Alban, un enfant difforme, touché par le souffle maudit de la Brèche du Diable. Rejeté par les siens après la mort de son père, il va, toujours masqué pour dissimuler son visage aux autres hommes…

Alban deviendra pourtant le plus fameux des Traquebestes de son temps, un héros dont le nom restera, dans tous les cœurs, synonyme de courage et de vaillance. Dans son périple émaillé d’épreuves terribles, de violence et de merveilles, il rencontrera l’amitié et peut être l’amour, la trahison et le vrai visage du mal qui se répand sur les Terres d’Oc, pour enfin trouver son combat et tailler sa place en ce monde.

Mon avis :

Ce livre est un coup de cœur, j’ai adoré cette lecture. Dire que ce tome 1 est paru en 2011, que l’auteur habite dans ma petite ville et que je n’avais pas encore eu la curiosité de lire « La Geste d’Alban » !

J’ai déjà lu les tomes 1 et 2 de Louis le Galoup la première saga de Jean-Luc Marcastel qui se déroule 300 ans après l’histoire de Alban. J’ai retrouvé là un peu le même univers tout en étant très différents aussi.

Ce premier tome est passionnant et addictif, Alban est très attachants tout comme la plupart des personnages principaux qui même s’ils ont des défauts laissent voir un bon fond hormis le cruel, prétentieux et intolérant Gaudéric.

J’ai aimé l’écriture de l’auteur, l’univers où se déroulent les faits, les explications quant au comment et pourquoi de la brèche, les annexes qui sont très constructives et font parties intégrante du roman.

Mais aussi la psychologie des personnages, le tout est écris et décris en finesse. Il y a aussi de l’action dans ce tome 1 et pas des moindres, combattre les Malbestes n’est pas chose facile.

J’ai hâte de retrouver Alban et ceux qui l’entoure, je suis très intriguée de savoir comment va se déroule la suite de sa vie.

Que dire de plus…ah oui !! si vous ne connaissez pas encore Jean-Luc Marcastel n’hésitez surtout pas à découvrir son univers et de vous plongez dans La Geste d’Alban

L’impératrice Némésis – Coralie Martin

couv25019359

éditions Baudelaire

209 pages

188160_108770682484187_895024073_n

Merci à l’auteur Coralie Martin et aux éditions Baudelaire pour cette lecture.

Quatrième de couverture

Mais qu’importe d’appartenir à leur race, tant que cela me permet de détruire celui qui m’a rendue immortelle – celui qui a tué mon enfant, mon amant et pris ma liberté.
Mais mon objectif n’est pas du goût des Anciens. Ma tête est mise à prix. Paria, chassée et morte-vivante, je dois assouvir ma Némésis afin de vivre pleinement une dernière fois…

L’auteur : Coralie Martin est psychomotricienne dans un centre d’éveil spécialisé en neurologie et en EHPAD dotés d’unité de vie Alzheimer. Grande lectrice, elle écrit depuis dix ans des fictions qui lui permettent d’étoffer son style.

Mon avis :

En général  je suis assez réfractaire aux histoires de vampires hormis l’unique Dracula de Bram Stocker et pas du tout une adepte de la littérature bil-it.

Alors lorsque Coralie Martin m’a contacté pour me proposer son livre j’y ai réfléchi  à deux fois avant de dire non ou d’accepter de le lire. Et ce qui m’a convaincu est le fait que l’auteur m’a précisé que le roman ce déroulait au moyen-âge.

Les histoires de vampires se déroulant de nos jours je n’arrive pas à y adhérer du tout, je n’ai pas d’explications c’est comme ça !

Donc là j’avais hâte de commencer ce roman et voir si j’aimerais autant que le célèbre Dracula. Bon il faut être honnête je ne vais pas comparer L’Impératrice Némésis au grand classique de Bram Stocker mais j’ai bien aimé ce roman de Coralie Martin.

J’ai aimé l’ambiance assez noire et moyenâgeuse de ce roman qui a de la consistance. Les personnages sont attirants, parce que « attachants  » ne conviendrait pas, j’aurais bien aimé que la relation entre Marie et Bastien dure plus longtemps mais bon…

La seule chose que je regrette, et cela vient de moi, c’est que j’ai mis un certain moment à me rendre compte des retours dans le passé ! pas non plus la moitié du livre hein ! mais quand même je n’ai pas saisi tout de suite la chose malgré les passages en italique.

L’Histoire des vampires est très intéressante, la volonté de Marie dans son obstination à vouloir se battre, au propre comme au figuré,  et se venger et venger les siens est je dirai vu le contexte : admirable !

Ce roman est une belle découverte,  mais ce n’est pas pour autant que je vais me mettre à lire de la bil-it mais Coralie Martin oui !

Ce livre je le conseille absolument à ceux et celles qui aiment les histoires de vampires mais aussi à tous les autres !

Chaleur Blanche – M.J McGrath

phpVAQyTH

Quatrième de couverture

Au nord du cercle arctique, l’île de Craig, vaste étendue de glace encore vierge, est le domaine d’Edie Kiglatuk, une jeune femme attachée à sa terre et à la culture inuite. Un jour, au cours d’une partie de chasse, l’un des touristes à qui elle sert de guide est mystérieusement abattu. Si le conseil des anciens conclut à l’accident, Edie, quant à elle, soupçonne un meurtre. Peu de temps après, une autre expédition tourne au drame. Pour Edie, il ne peut s’agir d’une coïncidence. Portée par sa seule conviction, elle décide de mener l’enquête, s’aventurant sur un territoire où la moindre erreur pourrait lui coûter la vie.

Avec pour décor les paysages grandioses de l’Extrême-Arctique, ce thriller aux allures de puzzle machiavélique plonge dans le quotidien de la communauté inuite, tiraillée entre traditions ancestrales et modernité.

Mon avis :

Vu que je n’ai pas vraiment apprécié ce livre mon avis sera très court. J’ai dû attendre plus de la moitié du roman pour le trouver un minimum intéressant. Une lecture finalement pas trop mal mais une déception tout de même. Je m’attendais à un thriller captivant et au rythme soutenu.

De plus over-blog à changer et je suis un peu perdu, d’ailleurs ça ne me plaît pas du tout !!

Livre lu dans le cadre dechallenge3 avec Mabiblio

Le Manuel du Serial Killer de Frédéric Mars

Manuel-du-serial-killer

éditions Black Moon Thriller

461 pages

Merci aux édtions logo-blackmoon et à Frédéric Mars pour la dédicace.

Quatrième de couverture

Dans deux ou trois heures tout au plus, ce garçon sera mort. Je vous raconte la suite ?

Les hululements de douleur du môme qui se tient le ventre à deux mains ? Ses convulsions sur le sol de la cuisine familiale ? Les cris de la mère qui découvre son fils déjà quasi exsangue ? Raide comme une batte. Vidé ou presque de son sang, écrasé comme un petit cafard sur le carrelage immaculé.

Les yeux du gamin ont cessé de papillonner. Le coma ne va pas tarder à l’emporter. Même avec la meilleure volonté du monde, le médecin ne sera pas sur place avant plusieurs minutes. Et, sans soins immédiats, il va… Alors, je vous la raconte ou pas, cette suite ? Non.

Je vais plutôt vous parler de moi. C’est ça, de moi seul.

La mort est en moi. Là, dans ma tête. Elle y a toujours été comme chez elle.

Mon avis :

Waou quelle lecture ! Ce livre c’est du bon, du très bon. Captivant du début à la fin, ce thriller a été une très belle surprise.

Je n’ai pas apprécié l’avant dernier livre de Frédéric Mars « non stop », j’étais donc curieuse de lire ce thriller au titre très tentant. De plus ayant rencontré l’auteur qui est très sympathique à la foire du livre de Brive en 2011 je ne voulais pas rester sur un échec.

En premier lieu je remercie Frédéric Mars et les éditions Black Moon pour cette excellente lecture.

Le manuel du serial killer ne se lit pas, il se dévore. Le lecteur en devient vite accroc, c’est un livre très addictif!

Tout est très bon dans ce roman, l’écriture, l’intrigue, le style, la psychologie des personnages, du moins pour moi, c’est vraiment le genre de bouquin que j’aime ! Et quel « triturage » de méninges ! Pourquoi ceci, comment cela ? Que de questions dans la tête lorsque le livre est fermé et qu’une hâte, s’y replonger le plus vite possible. J’ai tout imaginé mais j’étais à côté de la vérité, c’est juste énorme, excellent. J’ai adoré le final, chapeau bas l’auteur, je me suis régalée.

Donc une très bonne lecture, à lire absolument, un incontournable, il est impossible d’être déçu par ce thriller.