Susan Hopper tome 2 – Anne Plichota et Cendrine Wolf

1507-1

éditions XO Jeunesse

329 pages

Merci à logo_livraddict et aux éditions XO Jeunesse LogoXO

 

Quatrième de couverture

Après des années passées dans l’orphelinat des Highlands en écosse, Susan goûte enfin au bonheur d’être accueillie par Helen Hopper, la femme au parfum perdu. Très vite, pourtant, le passé revient la hanter. Douze de ses aïeux démoniaques se sont installés non loin du manoir des Hopper, bien décidés à réveiller la malédiction qui pèse sur elle. ils ont laissé Eliot, le fils des Hopper, dont elle est follement amoureuse, entre la vie et la mort.Dans sa lutte contre les puissances du mal, Susan peut compter sur la bienveillance d’Alfred, le grand-père fou au cœur tendre, et de Georgette, sa chienne facétieuse. Malgré la malédiction et ses conséquences effroyables, elle veut devenir Susan Hopper…

Susan Hopper est signé par Anne Plichota et Cendrine Wolf, les auteurs de la célèbre série Oksa Pollock, traduite dans 27 langues.  Après Le parfum perdu, Les forces fantômes est le second et dernier tome des aventures de Susan Hopper.

 

Mon avis

J’ai été emballé par le tome 1 de Susan Hopper mais, et oui il y a malheureusement un « mais » ce tome 2 m’a beaucoup moins emballé.

Le rythme est assez lent et il ne se passe pas grand chose durant toute la première moitié du livre, la seconde moitié est mieux, il se passe un peu plus de choses mais des actions trop rapides et trop courtes forcément.

Les méchants qui sont quand même d’après la quatrième de couverture « les puissances du mal » sont là oui mais plutôt discrets, trop discrets.

Soit il aurait fallu que cette série ne soit pas jeunesse et que les auteurs aillent vraiment au  bout de l’histoire c’est-à-dire une histoire beaucoup plus complexe et style livre d’horreur ou soit il aurait fallu une histoire différente du moins du côté des démons.

J’ai l’impression d’une histoire « expurgée » pour passer en jeunesse, l’impression d’un manque, l’impression de superficialité et cela surtout par rapport au tome 1 qui laissait présager un excellent diptyque.

Bref je trouve le thème mal exploité même en littérature jeunesse et je m’attendais vraiment à autre chose par rapport au tome 1.

Malgré tout cela je n’ai pas non plus détesté cette lecture, j’ai retrouvé avec plaisir Susan, Eliot, Alfred et Helen sans oublié la petite Georgette ! L’écriture est agréable et si je fais abstraction de mon coup de cœur pour le tome 1 l’histoire est sympathique et plaira certainement à beaucoup. Je ne me suis pas non plus forcée à le finir, j’ai globalement bien aimé mais je m’attendais vraiment à autre chose.

 

En conclusion Susan Hopper est une histoire en deux tomes à lire pour une lecture très légère et moins étoffé que certaines lectures jeunesse.

Eragon – tome 4 – Christophe Paolini

9782747028554

éditions Bayard Jeunnesse

888 pages

Quatrième de couverture

Des villes assiégées, Une île par-delà les tempêtes, D’anciennes prédictions, Un destin s’accomplit… Il y a peu encore, Eragon n’était qu’un simple garçon de ferme, et Saphira, son dragon, une étrange pierre bleue ramassée dans la forêt… Depuis, le sort de plusieurs peuples repose sur leurs épaules. De longs mois d’entraînement et de combats, s’ils ont permis des victoires et ranimé l’espoir, ont aussi provoqué des pertes cruelles. Or, l’ultime bataille contre Galbatorix reste à mener. Certes, Eragon et Saphira ne sont pas seuls, ils ont des alliés : les Vardens conduits par Nasuada, Arya et les elfes, le roi Orik et ses nains, Garzhvog et ses redoutables Urgals. Le peuple des chats-garous s’est même joint à eux avec son roi, Grimrr Demi-Patte. Pourtant, si le jeune Dragonnier et sa puissante compagne aux écailles bleues ne trouvent pas en eux-mêmes la force d’abattre le tyran, personne n’y réussira. Ils n’auront pas de seconde chance. Tel est leur destin. Il leur faut renverser le roi maléfique, restaurer la paix et la justice en Alagaësia. Quel que soit le prix à payer. Après Eragon, L’Aîné et Brisingr, le livre IV du cycle de l’Héritage entraîne ses lecteurs vers un achèvement digne de l’éclat, du souffle et de la puissance des dragons !

 

Mon avis :

Cette saga se conclue en apothéose avec ce 4ème tome. l’un des meilleurs à  mon avis. L’auteur conclu cette quadrilogie de façon magistrale. Des combats, du suspense, de la magie, des émotions diverses. L’auteur a très bien développé certains personnages et j’en suis ravie. Tout est cohérent,  une univers bien construit.

Une excellente lecture, un tome très addictif. Une belle et grande histoire de dragons et de dragonniers mais pas seulement.

Une saga de fantasy à lire absolument.

1

La trilogie de Wieslstadt – tome 1 – Pierre Pevel

515A4C4A0KL__SX296_BO1,204,203,200_

éditions Pocket

308 pages

 

Quatrième de couverture

Hiver 1620.Les premiers feux de la guerre de Trente Ans dévorent le Saint empire romain germanique mais épargnent Wielstadt. Protégée depuis toujours par un dragon, cette ville allemande est le théâtre d’une autre bataille qu’un exorciste en armes, le chevalier Kantz, mène seul contre le Mal.

Mon avis

J’ai fini ce premier tome le 11 novembre et entre temps j’ai lu d’autres livres et en particulier le tome 2. Contrairement au tome 2 que je n’ai pas du tout aimé j’avais plutôt apprécié le tome 1 qui avait été une bonne lecture.

La trilogie de Wielstadt – tome 2 – Pierre Pevel

pocket05837-2004

 

Quatrième de couverture

Eté 1623. Grâce au dragon qui la protège, Wielstadt est toujours épargnée par la guerre de Trente Ans qui, désormais, ravage tout le Saint empire romain germanique. Mais d’autres dangers la menacent, contre lesquels seul le chevalier Kantz se dresse. Pour triompher, il lui faudra vaincre trois démons surgis des Enfers, déjouer les complots de la Ste-Vehme et résoudre le mystère d’une prophétie longtemps tenue secrète.

Mon avis

Je me suis terriblement ennuyée avec ce tome 2 qui ressemble plus à un roman historique qu’à un roman de fantasy. J’apprécie les romans historiques là n’est pas la question mais d’une j’avais envie de fantasy en lisant ce livre et de deux beaucoup trop de détails.

C’est lent, pas beaucoup de suspense, pas de personnage attachant, pas vraiment d’intrigue et très peu voir pas du tout de fantasy. Je n’ai pas du tout accroché et je n’ai pas prévu de lire le tome 3.

 

8760376

 

L’énigme des Blancs-Manteaux – Jean-François Parot

2

éditions 10/18

370 pages

challenge3

Quatrième de couverture

1761. Nicolas Le Floch quitte sa Bretagne natale pour se mettre au service de M. de Sartine, chef des affaires secrètes de Louis XV. Nicolas prend vite du galon. Le voilà plongé dans une ténébreuse affaire. Meurtres, vols, corruption : secondé par l’inspecteur Bourdeau, il dénouera peu à peu les fils de cette enquête, qui touche de près le roi et la Pompadour

Mon avis

J’ai ce livre depuis un moment dans ma PAL,  j’ai voulu regarder, avant de le lire, d’adaptation faite pour la télévision. Je n’ai pas regardé jusqu’à la fin ce premier épisode parce qu’en premier lieu je m’ennuyais et en second lui le personnage principal Nicolas Le Floch me paraissait plutôt antipathique.

Le gros point fort de ce roman est le côté historique assez passionnant, pour l’enquête c’est bien mené et complexe, peut-être un peu trop complexe finalement !

Je l’ai lu jusqu’à la fin, même s’il me tardait de le finir, donc moins d’ennui qu’avec l’adaptation mais Nicolas Le Floch m’a paru là peut-être pas totalement antipathique mais pas attachant du tout. Je n’ai pas particulièrement envie de le retrouver dans un autre tome.

 

Contes de Noël – Anne Perry

couv22628372

éditions 10/18

511 pages

Pour l’instant je n’ai lu que 250 pages sur 511 soit « La disparue de Noël » et « Le voyageur de Noël ». J’apprécie énormément cet auteur et j’ai apprécié également c’est deux romans réunis dans « Contes de Noël » qui a il faut bien l’avouer une couverture magnifique. Un deuxième volume est paru cette année et je le lirai pour le Noël 2015

La disparue de Noël

Coupable ! Le jugement est tombé sur l’infortunée Isobel Alvie. La veille, Gwendolen Kilmuir, une jeune veuve, s’est suicidée dans la propriété où Omegus Jones recevait quelques invités. De l’avis de tous, l’attitude cruelle d’Isobel envers la jeune femme la rend responsable de cet acte désespéré. Il ne reste guère que son amie, l’indomptable Lady Vespasia, pour la soutenir. Pour racheter sa faute aux yeux de la gentry, Isobel doit accomplir un voyage expiatoire jusqu’au nord de l’Ecosse, afin de prévenir la mère de Gwendolen. En compagnie de Lady Vespasia, elle entreprend un éprouvant pèlerinage, semé d’embûches… Un conte de Noël inédit où la reine Anne Perry, en son royaume victorien, fait le portrait magistral d’une époque corsetée par les convenances et l’hypocrisie.

Le voyageur de Noël

À l’occasion de Noël, la famille Dreghorn se rassemble dans la propriété familiale située dans la région des Lacs, au nord de l’Angleterre. Mais la tranquillité du domaine tapi sous la neige est bientôt bouleversée par la mort d’un des frères de la famille, Judah. Pour l’aider à traverser cette épreuve, la femme de la victime, Antonia, fait venir son parrain, Henry Rathbone, distingué mathématicien et inventeur. Très vite, l’événement tragique, d’abord apparu comme un accident, laisse soupçonner un meurtre. Endossant le rôle d’enquêteur, Rathbone découvre qu’un homme, Ashton Gower, s’emploie à salir la réputation de Judah, l’accusant d’avoir été un juge corrompu et de l’avoir condamné injustement à dix ans de prison. Pour Rathbone et les autres frères Dreghorn, la mort mystérieuse de Judah et les déclarations scandaleuses de Gower sont inextricablement liées…

La détective de Noël

Pour grand-mère Mariah Ellison, Noël n’a vraiment aucune raison d’être célébré cette année. Sa petite fille et son mari projettent de partir à Paris pour les vacances, et l’irascible dame est forcée de se rendre chez les parents de Charlotte, Caroline et Joshua, dans la petite ville venteuse de Romney. Elle se sent aussitôt malheureuse comme les pierres, abandonnée et inutile. D’abord, parce que Noël chez les Fielding n’a rien à voir avec le train de vie culturel et social auquel elle est accoutumée. Ensuite, parce que les marécages de Romney ne sont pas des plus avenants. Quand arrive la cousine de Joshua, Maude Barrington, Mariah Ellison est à bout. Bien que Maude soit amicale, elle la trouve pour le moins étrange. Et lorsque la cousine est retrouvée morte dans son lit, Mariah endosse aussitôt le rôle de détective-amateur, découvrant non seulement le fin mot de l’histoire au sujet de Maude Barrington, mais aussi quelques vérités effrayantes sur elle-même.

 

Le secret de Noël

Lorsque le jeune Dominic Corde et sa femme Clarice, arrivent à Cottisham, un charmant village de la campagne anglaise, pour remplacer Mr. Wynter, le pasteur pendant la période de Noël, ils ont immédiatement le sentiment d’avoir découvert le lieu de leurs rêves. La beauté du paysage, l’accueil chaleureux des habitants, le confort du presbytère, tout les incite à se réjouir de ce séjour… jusqu’à la découverte du cadavre de Mr. Wynter dans la cave de leur maison. Le médecin conclut à une mort accidentelle mais Clarice, alertée par d’étranges indices, n’y croit pas une seconde. Qui a pu tuer un homme aimé de tous? Obstinée et courageuse, plus soucieuse d’écouter sa conscience que de se plier aux bonnes manières de la société victorienne, Clarice entreprend de percer les secrets les mieux cachés de ses adorables voisins…

Mon avis 

 

J’ai enfin fini ce livre qui réunit 4 romans de l’auteur. Ce que je préfère dans les romans de Anne Perry c’est l’ambiance victorienne, les enquêtes sont très bien aussi quand même.

Un second tome réunissant 4 romans est paru fin 2014, je pense l’acheter dans l’hiver…et le lire plus rapidement.

Angel, l’indien blanc – François Place

9782203080539

 

Quatrième de couverture

Corvadoro s’effaça brusquement devant moi en plongeant le buste. Je ne l’avais jamais vu faire ce drôle de geste.

« Cela s’appelle une révérence, m’expliqua-t-il. Ne vous méprenez pas, Angel, ce n’est pas devant vous que je m’incline, c’est devant votre destin ! Lorsqu’on

rencontre quelqu’un dont la chance sort autant de l’ordinaire, il ne faut pas se refuser le plaisir de la saluer au passage, vous ne croyez pas ? »
Avec ce formidable roman d’aventure, François Place rend un vibrant hommage aux forces invisibles mais bien réelles de l’imaginaire, qui tissent la véritable trame du monde.

Mon avis

J’ai choisi ce livre pas pour le résumé vu que je ne les lis jamais, ni pour la couverture mais pour le titre.
Mon petit-fils s’appelle « Angel » alors je cherchais un livre avec Angel dans le titre (tout comme j’avais lu « Zoé, la nuit » pour ma petite-fille Zoé) et en plus le mot « indien » m’a beaucoup attiré.
Ce livre a été une bonne lecture mais j’ai été un peu déçue par le fait que je m’attendais à une histoire d’indiens classique, des indiens d’Amérique et en apprendre plus. Bon c’est vrai que la première de couverture donne quand même un énorme indice sur continent où se déroule l’histoire !
Hormis cela le livre est assez prenant, il se lit facilement et j’ai globalement apprécié cette lecture même si je n’ai pas envie de lire autre chose de cet auteur.