Les abysses du mal – Marc Charuel

éditions Albin Michel

406 pages

Merci à l’agence Gilles Paris et aux éditions Albin Michel

Quatrième de couverture

Mon boulot : filmer le supplice des victimes avant de faire disparaître leur corps. Mon but : être le tueur le plus inventif.
Parce que la mort est un spectacle, certains sont prêts à payer très cher pour y assister. Voyeurs protégés par un écran, tortionnaires par procuration…
C’est la face cachée du Net. Un monde parallèle qui happe ses proies au hasard et fournit des frissons à prix d’or.

Des réseaux sociaux incontrôlables aux mafias spécialisées dans le marché de la mort en direct, le nouveau thriller de l’auteur du Jour où tu dois mourir dévoile les forces insoupçonnées de la perversion humaine.

Mon avis :

Je découvre cet auteur et c’est une belle découverte.  Un thriller diablement efficace du début à la fin.

Les chapitres courts rendent la lecture fluide et moins pesante peut-être aussi.  J’ai apprécié l’écriture de l’auteur et le fait qu’il ouvre les portes des « abysses du mal » avec les snuff movies dont je ne soupçonnais pas même le nom. Le livre porte très bien son titre, nous entrons au fil des pages dans le mal absolu !

Une lecture angoissante très souvent, une lecture choquante par les faits décrits, l’humain peu être un monstre pervers et sans âme.

Le déroulement de l’enquête est particulièrement intéressante par contre il n’y a pas de personnages vraiment attachant dans ce roman et l’inconscience d’un des protagonistes est prévisible et plutôt horripilant !

En conclusion c’est un bon thriller mais la psychologie des personnages est trop superficielle. Je lirais certainement un autre roman de l’auteur.

Publicités

La fille des templiers – tome 1 – Mireille Calmel

384 pages

éditions XO

Merci aux éditions XO pour ce partenariat

Quatrième de couverture

19 mars 1314.Jacques de Molay, le dernier grand maître de l’Ordre du Temple, est brûlé en place publique.
Il a été condamné par le roi Philippe le Bel qui reproche aux Templiers de dissimuler un fabuleux trésor.
Mais le jour du supplice, une colombe dépose un message entre les mains du souverain.
C’est la malédiction, terrible : le Roi et ses fils paieront pour ce crime !

Huit ans plus tard… 

15 juillet 1322. Une jeune paysanne, Flore Dupin, est pourchassée par les soldats de Charles IV.
Quel secret détient-elle ?
Qu’a-t-elle à voir avec l’ordre du Temple ?
Un homme lui confie :
– Avant de mourir, le roi a prononcé ton nom !

Une confrérie mystérieuse, des femmes de courage, des Rois maudits, avec ce vingtième roman, Mireille Calmel signe un roman d’aventure fascinant.

 

Mon avis

Une bonne lecture mais un petit bémol, j’ai eu l’impression retrouver un peu le même schéma que dans les lionnes de Venise au niveau du trio : une jeune fille, un jeune homme et un homme plus mûr.

Hormis cela cette lecture m’a plu, le style et l’écriture de l’auteur sont agréable, j’ai bien aimé le côté historique du roman. Jeanne de Dampierre est un personnage très intéressant, certainement celui que je préfère dans le livre pour mainte raison que je ne dévoilerai pas.

Flore Dupin me semble naïf et assez égoïste, son peu d’inquiètude pour Gabriel en fait un personnage peu sympathique, pas particulièrement attachante comparé à Jeanne.

J’ai trouvé le rythme un peu trop rapide, un maque de détails par moment dans le déroulement de l’histoire et de l’Histoire.

Ceci dis c’est une lecture très agréable et je lirais le tome 2.

 

 

 

Lecture en cours

Partenariat Gilles Paris/éditions Albin Michel

Mon boulot : filmer le supplice des victimes avant de faire disparaître leur corps. Mon but : être le tueur le plus inventif.
Parce que la mort est un spectacle, certains sont prêts à payer très cher pour y assister. Voyeurs protégés par un écran, tortionnaires par procuration…
C’est la face cachée du Net. Un monde parallèle qui happe ses proies au hasard et fournit des frissons à prix d’or.

Des réseaux sociaux incontrôlables aux mafias spécialisées dans le marché de la mort en direct, le nouveau thriller de l’auteur du Jour où tu dois mourir dévoile les forces insoupçonnées de la perversion humaine.

Moi, serial killer – Stéphane Bourgoin

éditions Grasset

224 pages

Un grand merci aux éditions Grasset

Quatrième de couverture
Moi, serial killer réunit pour la première fois en un volume des confessions, des textes autobiographiques, des nouvelles, des dessins, des peintures, inédits ou rares, de tueurs en série, de meurtriers de masse et autres criminels, qu’ils soient français ou étrangers. Ces récits sont rassemblés, traduits, préfacés et commentés par Stéphane Bourgoin.
Expérience terrible et éprouvante, ces « Moi je… » nous plongent au cœur des fantasmes criminels de ces individus qui ne voient dans l’autre qu’un simple objet destiné à assouvir leur goût du meurtre.
Mon avis

Ce livre n’est pas un roman et j’ai du mal à le chroniquer ! Je repousse chaque jour le moment de me mettre devant mon clavier pour écrire mon ressenti. Mais je vais essayer de faire de mon mieux !!

J’ai déjà lu Stéphane Bourgoin et j’ai déjà eu la chance de pouvoir le rencontrer au salon Du Sang sur les Volcans dans le Cantal. Une rencontre belle et impressionnante malgré la gentillesse et la simplicité de cet auteur, impressionnante parce qu’il est tout de même un spécialiste des tueurs en série mondialement reconnu et ce n’est pas rien !

Comme tous les autres livres que j’ai lu de cet auteur celui-ci « Moi, serial killer » est très intéressant. Il est très bien documenté et d’autant plus qu’il s’agit de témoignages direct de tueurs en série. Le fait  qu’il y ait des photos et dessins de serial killer accentue le côté terrifiant de ce livre et donc des faits décrits !

En lisant ces récits on arrive pas à comprendre comment un être humain peu en arriver là, le fait de passer à l’acte ! Le fait que ces tueurs en série n’aient ni regrets ni remords ni compassion est assez effrayant et incompréhensible.

A lire en complément des autres livres de l’auteur même s’il n’y a pas besoin d’avoir déjà lu Stéphane Bourgoin pour lire « Moi, sérial killer ».

 

Yzé tome 2 – Le projet Ultima – Florent Marotta

éditions Taurnada

266 pages

Un grand merci à Joël des éditions Taurnada.

Quatrième de couverture

Yzé a détruit le palimpseste et les tensions entre Wicce sont à leur comble. Mais cette petite victoire sur Ashahell a un goût amer, celui de la perte d’êtres chers. Le mystère s’épaissit autour de la jeune femme. Qui est-elle vraiment ? Pourquoi tous ces mensonges ? Les ennemis des Wicce s’agitent. Que prépare la Fraternité de la Lumière dont les membres multiplient les actions pour s’emparer d’une mystérieuse substance ? Et pendant ce temps, Ashahell fourbit ses armes pour se venger d’Yzé et enfin mettre la main sur elle.

Le site de la saga d’Yzé

Mon avis

Après avoir lu la dernière ligne de ce tome 2 j’ai ressenti une profonde frustration ! Normal, je veux la suite, je veux en savoir en plus ! mais voilà il va falloir attendre le tome 3 « Yzé et l’Ombre-Mort », j’espère qu’il arrivera rapidement car j’ai vraiment hâte de le lire.

J’avais un peu peur que ce tome 2 soit « juste » un tome intermédiaire en lisant les premières pages mais il n’en est rien.

Pas mal de révélation mais l’auteur nous laisse quand même parfois dans le flou, j’aurais aimé plus de détails et d’explications sur certaines choses mais peut-être que ça viendra dans le tome 3.

Ensuite j’ai trouvé ce tome trop court mais je me pose la question suivante, est-il vraiment court ou bien est-ce moi qui l’ai lu beaucoup trop vite ? j’opte je pense pour la seconde explication.

Une lecture très prenante, j’ai retrouvé avec plaisir Yzé et ses amis. J’espère et je pense que Athanor sera plus présent dans le tome 3, on ne le voit pas assez dans ce tome 2.

Petit bémol pour moi la présence des démons auprès des grands anciens Magis, je trouve qu’ils sont en trop mais cela est juste mon avis personnel !

 

 

Les lionnes de Venise – Tome 2 – Mireille Calmel

éditions XO

501 pages

Je remercie les éditons XO pour ce service presse, merci pour le magnifique masque et également un grand merci à Mireille Calmel pour la dédicace.

Quatrième de couverture

Paris, 1631. 
Trois ans déjà que Lucia a quitté Venise. Trois ans qu’elle cherche à rebâtir la vie qu’on lui a volée.
Y est-elle parvenue ?
Lucia a recréé une imprimerie. Elle compte parmi ses clients l’un des mousquetaires du roi, Aramitz. Elle peut aussi s’appuyer sur l’amitié du grand Coësre, l’énigmatique prince de la cour des Miracles.
Et pourtant…
Au détour d’une ruelle encombrée, une voix s ’élève. C’est Isabella, la courtisane vénitienne qui a précipité sa famille dans le malheur.
Isabella, à Paris… L ’étau se resserre.
Mêlée à un complot contre le cardinal de Richelieu, elle sait que la lutte sera sans pitié. Mais Lucia se révèle une incroyable combattante.
Une lionne.Quand Lucia et Isabella affrontent les fantômes de leur passé dans les dédales d’un Paris inquiétant et mystérieux.
Mon avis
Quelle belle duologie ! j’avais beaucoup aimé le tome 1 et là avec le tome 2 il en est de même.  C’est vraiment un voyage passionnant dans le passé.Le lecteur est transporté au 17è siècle, plus précisément en 1631 et cette fois ci non pas à Venise mais à Paris.Je me suis régalée tout le long de cette lecture. J’ai apprécié l’écriture et le style de l’autrice qui nous transporte avec  talent auprès de Lucia et des siens.

Il n’est pas évident de parler de ce livre sans rien dévoiler au niveau des faits et des personnages. Dans ce tome l’action est très présente, tout comme l’émotion.  Comme il s’agit du deuxième tome et le dernier il y a pas mal de révélations dans ce second opus. Du coup il se lit très vite parce que l’on ne voit pas le temps passer lorsqu’on est plongé dedans, il est hyper captivant et passionnant.

Le côté historique est un grand plus avec la cour des Miracles et les mousquetaires du roi entre autre, un régal de la première à la dernière page.

Le côté émotion est bien présent aussi avec la part de fantastique que l’auteur a glissé dans son roman, il donne de l’ampleur et de la force à l’histoire et une certaine originalité que j’ai adoré.

Je ne trouve pas de points négatifs à ce livre, pas un seul. Une très bonne lecture que j’ai dévoré. Je vous conseille fortement cette duologie.

Pour ma part j’ai très envie de continuer à découvrir cette autrice.

Mon avis sur le tome 1