gaétan soucy

Tous les articles tagués gaétan soucy

Lectures 2013 (mise à jour le 13 septembre 2013)

Publié 13 septembre 2013 par sylviecerisia
  1. Jérusalem – Gonçalo M. Tavares
  2. Troisième Humanité – Bernard Werber
  3. Cadres noirs – Pierre Lemaître
  4. La femme du futur – François Coupry
  5. Kafka suite – Laurent Jouannaud
  6. Fraisie la magie de la pâtisserie – Rosalys
  7. Cupcake club tome 1 – Donna Kauffman
  8. Chroniques du racisme ordinaire – Alexandre Hurel
  9. Le manuel du serial killer – Frédéric Mars
  10. Enfants de la paranoïa – Trevor Shane
  11. Les Fabuleux – Arthur Ténor
  12. Chaleur blanche – M.J McGrath
  13. La tour – Stephane
  14. Cupcakes club tome 2 – Donna Kauffman
  15. Le livre du mal – Frédéric Mars
  16. L’Ouroboros d’argent – Ophélie Bruneau
  17. Le dernier des treize – Mercedes Deambrosis
  18. La couleur des sentiments – Kathryn Stockett
  19. Susan Hopper tome 1 – Anne Plichota Cendrine Wolf
  20. Le jugement dernier – Stephane  Haumant
  21. La maîtresse de Rome – Kate Quinn
  22. Journal intime d’un arbre – Didier Van Cauwelaert
  23. Chambre froide – Tim Weaver
  24. L’étrange cas de Juliette M – Megan Shepherd
  25. Fermé pour cause d’apocalypse – Jean-Claude Bologne
  26. L’île du docteur Moreau – H.G Wells
  27. Moyenne – Laurence Kiberlain
  28. Gatsby le magnifique – F Scott Fitzgerald
  29. La petite fille qui aimait trop les allumettes – Gaétan Soucy
  30. Une larme m’a sauvée – Angèle Lieby
  31. Vertiges mortels – Neal Baer – Jonathan Green
  32. Le collectionneur de chair – C.E. Lawrence (au 13 septembre)

challe10

La petite fille qui aimait trop les allumettes – Gaétan Soucy

Publié 16 août 2013 par sylviecerisia

9782020386715fs

éditions Points

179 pages

Quatrième de couverture

Deux enfants sont livrés à eux-mêmes après le suicide de leur père. La Loi paternelle disparue, ils vont découvrir le monde et chercher à forger leur identité. Mais cette liberté nouvelle est une épreuve qu’il n’est pas toujours facile de négocier quand le réel côtoie chaque jour l’imaginaire et que le monde « civilisé » se comporte de bien étrange manière…

Récit impossible à raconter, à la fois désopilant et grandiose, plein de surprises et d’enchantements, La petite fille qui aimait trop les allumettes est porté de bout en bout par une langue tout ensemble farfelue et éclatante. Ce qui prouve bien deux choses, si besoin était : à savoir que la littérature est d’abord une fête du langage, et que Gaétan Soucy occupe une place aussi unique qu’incontestable.

Mon avis

Pour lire des extraits du livre c’est sur le site des éditions Boréal donc voici le lien http://www.editionsboreal.qc.ca/catalogue/livres/petite-fille-qui-aimait-trop-les-52.html

J’ai lu ce livre pour la troisième à l’occasion du décès de l’auteur survenu récemment, LC organisé par Cryssilda sur facebook.

J’ai l’impression que cette troisième lecture a été la lecture de trop. Je n’ai plus eu l’effet de surprise par rapport aux faits et à l’écriture de l’auteur, choses que j’avais eu lors de ma seconde lecture vu que j’avais trop vite lu ce roman lors de ma première lecture.

« La petite fille qui aimait trop les allumettes » est un excellent livre, une écriture très particulière, on aime ou on déteste, personnellement j’aime. L’histoire est terrible et réaliste, elle est effroyable, captivante et ne peut pas laisser le lecteur indifférent.

Par contre j’ai acheté « L’immaculée conception » mais je n’en ai lu que quelques pages mais je n’ai pas adhéré du tout, ni à l’écriture de l’auteur ni à l’histoire. Je le lirais peut-être plus tard…ou pas….