Contes – Grimm

éditions folio Classique

385 pages

Quatrième de couverture

Mon avis :
J’adore les contes, les fées, les princesses, les méchantes sorcières, les princes charmants et les Disney donc bien évidemment j’ai beaucoup aimé cette lecture et j’ai aimé lire les originaux de contes très célèbres comme que j’adore comme Blanche Neige, Cendrillon ou La Belle au bois dormant.
CHALLENGES
Publicités

13 à table – collectif

  • 13 à table !pour célébrer l’amitiéFrançoise BOURDIN • Michel BUSSI • Maxime CHATTAM • Adélaïde de CLERMONT-TONNERRE • François d’EPENOUX • Éric GIACOMETTI • Karine GIEBEL • Christian JACQ • Alexandra LAPIERRE • Marcus MALTE • Agnès MARTIN-LUGAND • Romain PUÉRTOLAS • Jacques RAVENNE • Leïla SLIMANI

    INÉDIT – Illustration de Sempé

    Mon avis : il sera très rapide vu que parmi toutes ces nouvelles il y a seulement celle de Karine Gieble qui m’a plu, je me suis pas mal ennuyée avec ce bouquin mais bon j’aurais fais une bonne action !

CHALLENGES

 

 

 

Challenge je vide ma bibliothèque – Du 1er janvier au 30 avril 2018

Catégorie

Courageux moi ? 15 livres

  1. Contes – Grimm
  2. 13 à table – Collectif
  3. Un goût de cannelle et d’espoir – Sarah McCoy
  4. Y aura-t-il trop de neige à Noël – Collectif
  5. La maison des intentions particulières – John Bayne
  6. Les contes de Beedle le Barde – J.K. Rowling
  7. L’oiseau des neiges – Tracy Rees
  8. Le village – Dan Smith
  9. La grande course – Nicolas Vanier
  10. Magicienne – Didier Quesne
  11. D’un hiver à l’autre – Jean-Pierre Leclerc
  12. Le château des Bois Noirs – Robert Margerit
  13. Midnight express – Billy Hayes
  14. Le cordonnier de la rue triste – Robert Sabatier
  15. La classe de neige – Emmanuel Carrère

 

Un goût de cannelle et d’espoir – Sarah McCoy

Editiond Pocket

508 pages

Quatrième de couverture

Allemagne, 1944. Malgré les restrictions, les pâtisseries fument à la boulangerie Schmidt. Entre ses parents patriotes, sa sœur volontaire au Lebensborn et son prétendant haut placé dans l’armée nazie, la jeune Elsie, 16 ans, vit de cannelle et d’insouciance.

 

Mon avis :

Une très bonne lecture qui aurait pu être un coup de coeur s’il n’y avait pas eu les chapitres avec Reba et Riki, en fait j’aurais préféré qu’il n’y ait pas les chapitres se passant à 2007 en alternance avec ceux de la seconde guerre mondiale. J’aurais largement préféré un long roman sur Elsie sur une période de la guerre jusqu’en 2007.

 

Challenge organisé sur Livraddict par Kyra, ma binômette Ilonaisreading

 

 

CHALLENGE

 

 

Le cordonnier de la rue triste – Robert Sabatier

éditions Albin Michel

228 pages

 

Quatrième de couverture

« J’ai désiré écrire un roman simple, économe de mots, se référant en priorité aux sentiments et aux personnes. Une rue étroite dans Paris aux moments sombres de son histoire. Là, une petite boutique : celle de marc le cordonnier. Il est jeune, beau, libre. Son plaisir : courir dans la ville. Survient un accident qui bouleverse sa vie entière. Une religieuse en est témoin. Elle l’assiste, le soigne, l’accompagne dans sa convalescence, puis s’éloigne. Reste l’ami de Marc, Paulo, le bizarre énergumène, moqué de tous, chiffonnier mais surtout donneur de coups de main, toujours prêt à rendre service. Et d’autres : Mme Gustave qui tient un bistrot, Lucien l’imprimeur, M. marchand au service de la police, Rosa la fille des rues… Enfin, la petite fille. Elle représente la fragilité, la douceur, la grâce, un peu de la beauté du monde. Je ne raconte pas plus. Marc le cordonnier va tenter de reconstruire sa vie, partagé entre la fierté de l’artisan, le désir du savoir, le goût de la musique. Au lecteur, à la lectrice de découvrir. Peut-être se retrouveront-ils dans ces pages. Après onze chapitres, le douzième va basculer dans notre temps, un aujourd’hui qui métamorphose la rue, transforme les êtres.Si vous qui me lisez ressentez le bonheur et la mélancolie, l’émotion et l’amour qui m’ont envahi, nous sommes les mêmes. »Robert Sabatier
Mon avis
Une très bonne lecture, j’apprécie énormément cet auteur et je l’ai retrouvé avec Le cordonnier de la rue triste avec grand plaisir. J’ai aimé l’écriture et le style de Robert Sabatier, comme en son habitude il nous transporte en d’autres lieux et une autre époque avec finesse, tendresse et réalisme.
Des personnages attachants, courageux et touchants.
Un beau livre.

La classe de neige – Emmanuel Carrère et Le bonhomme de neige – Jo Nesbo

Quatrième de couverture

  • Nicolas n’envisageait pas la classe de neige comme une partie de plaisir, mais comme une épreuve terrible ; elle le sera bien plus qu’il ne l’avait redouté. D’abord son père, habitué à faire de la route par son métier de représentant, décide de le conduire en voiture jusqu’au chalet pour lui éviter le trajet en autocar. Ensuite, il repart en oubliant les affaires de son fils dans son coffre. Pour Nicolas qui a peur de tout, de s’oublier au lit, de se faire remarquer, d’être le souffre-douleur des autres, ça commence très mal malgré la gentillesse des moniteurs

 

Mon avis

Je n’ai pas aimé cette lecture qui part dans tous les sens, je me suis ennuyée avec cette classe de neige et j’ai trouvé cette histoire glauque, pas prenante, trop axée sur la classe de neige et les disputes enfantines.

 

Quatrième de couverture

À Oslo, la première neige tombe sur la ville lorsqu’une mère de famille sans histoires disparaît, en pleine nuit. Seul indice, son écharpe retrouvée autour du cou d’un bonhomme de neige, mystérieusement apparu dans son jardin. La police n’a aucune piste jusqu’au jour où l’inspecteur Harry Hole reçoit une lettre signée «le bonhomme de neige», lui annonçant de nouvelles victimes. Pour chaque femme disparue, un bonhomme de neige apparaît… Derrière cette mise en scène macabre se cache un tueur diabolique, prêt à tout pour défier le célèbre Harry Hole.
Mon avis
Plus un polar qu’un thriller, et le genre de polar. L’enquête est trop médicale à mon goût.
Lecture très moyenne et je ne pense pas lire autre chose de cet auteur.