Le suivant sur la liste – Manon Fargetton

éditions Rageot/Thriller

265 pages

Quatrième de couverture

Izia bifurqua dans le rue du collège. Elle consulta sa montre. Parfait. Izia collectionnait les mots sur son carnet de liaison et se faisait un devoir de ne jamais arriver à l’heure. Elle leva un sourcil étonné en apercevant Nathan qui déboulait sur son vélo à l’autre bout de la rue. Elle s’apprêtait à traverser en snobant le passage clouté lorsqu’une Mercedes aux vitres teintées surgit du carrefour. Trop vite. Beaucoup trop vite. Elle distingua sans peine le regard déterminé du conducteur qui enfonçait la pédale d’accélérateur. La voiture était déjà sur Nathan. Elle cria.

 

Mon avis.

Tout d’abord une petite précision :  si vous achetez le livre sur fnac ou amazon ne lisez pas le résumé parce que vous serez pas mal spoilé.

Le suivant sur la liste est le second roman de Manon Fargetton que je lis, le premier étant de la fantasy  « L’héritage des rois passeurs » que j’avais beaucoup aimé. Avec « Le suivant sur la liste » qui est un tout autre genre, un thriller, j’ai passé un très bon moment de lecture.

J’aime beaucoup l’écriture et le style de cette autrice que j’ai découvert il y a peu. Ce livre est très captivant avec un très bon rythme, les personnages attachants, il y a pas mal de suspense et du coup il se lit très vite.

Donc une très bonne lecture, j’ai emprunté ce livre à la médiathèque et j’emprunterai dans l’été la suite « La nuit des fugitifs ».

 

L’héritage des Rois Passeurs – Manon Fargetton

éditions Milady

472 pages

Quatrième de couverture

Ombre et Rive sont deux reflets d’une même réalité, et Énora est la seule à avoir le pouvoir de passer de l’un à l’autre. Lorsque sa famille est brutalement décimée par des assassins, elle se réfugie au seul endroit où ses poursuivants ne peuvent l’atteindre : au royaume d’Ombre, sur la terre de ses ancêtres. Là, sa route croisera celle de Ravenn, princesse rebelle de retour d’exil et bien décidée à s’emparer du trône qui lui revient de droit. Coïncidence, ou rencontre orchestrée de longue date ?

 

Mon avis

J’avais envie de découvrir cette autrice depuis un moment. J’ai eu L’héritage des rois passeurs pour noël dernier et je l’ai enfin lu.

Je n’ai pas été déçu, le contenu est aussi bien que le contenant, l’illustration de Magali Villeneuve est magnifique.

J’ai beaucoup aimé l’écriture de Manon Fargetton et l’univers qu’elle a créé. C’est un univers riche qui aurait mérité deux tomes pour pouvoir l’explorer plus en profondeur, malgré cela ce tome est tout de même assez complet. Le lecteur apprend beaucoup de choses sur Ombre, Rives et les Limbes.

Il y a pas mal de suspense et d’actions, on entre très vite dans le livre avec des personnages plus ou moins attachants. Ravenn a un caractère bien trempé j’ai beaucoup aimé ce personnage tout comme Julien et Charly ainsi que Liam. Enora a un petit quelque chose qui m’a agacé mais je ne saurais dire quoi. J’ai eu cependant un peu de mal avec la « matérialisation » des dieux en humain, pas facile pour moi à imaginer. J’ai beaucoup aimé en début de chapitre les « carnet de Morgane » et les écrits des Encrés.

L’existence des Noirs Portraits est passionnante et surprenante. Tout plein de choses dans ce roman fantasy qui sont belles, horribles, stupéfiantes.

Je suis ravie d’avoir enfin lu cette autrice et j’ai hâte de lire un autre roman de cet auteur. J’attends la sortie chez Milady(en fin d’année) de Les Illusions de Sav-Loar pour l’acheter et le lire,  il promet d’être très bon puisque je pense que nous allons retrouver des magiciennes et que nous restons dans l’univers de Ombre.

 

Une très bonne lecture, pas un coup de cœur mais pas loin.

 

 

Au bois dormant – Christine Féret-Fleury

éditions BlackMoon

345 pages

Quatrième de couverture

Depuis que je suis née, ma vie ressemble à un conte de fées.

Mais ne vous y fiez pas! La vie d’une belle au bois dormant n’est pas rose.

Mes parents me font déménager sans cesse, ils me surveillent jour et nuit, je ne suis pas libre comme les autres. Ils ont la hantise de me voir grandir

Car il le leur a promis:

le jour de mes seize ans,

je devrais mourir…

Mon avis

Ce livre est également un emprunt médiathèque et il va falloir malheureusement que je le ramène. Je l’ai choisi pour le titre et pour la couverture, et, comme à mon habitude je n’ai pas lu la quatrième de couverture (ne lisez pas celle des sites de ventes en ligne elle raconte tout le livre ou presque !!!).

Au bois dormant  est un page turner, une fois ouvert il est une totale addiction livresque. Je me suis même levée le dimanche matin à 6h15 très précisément pour pouvoir le finir, c’est dire son efficacité en tant que thriller.

J’ai beaucoup apprécié l’écriture de cette autrice et encore plus aimé cette réécriture de conte. Elle écrit principalement des livres jeunesse, il me semble à partir de 9 ans donc même pas des young adult mais elle devrait se mettre à écrire des thrillers parce que Au bois dormant est bigrement efficace.

Comme vous l’aurez sûrement compris avec le titre il s’agit d’un réécriture de la Belle au bois dormant.

Contrairement à certaines réécritures de contes nous sommes loin d’un copier/coller transposé à notre époque, ce qui est pour moi d’une facilité absolue.

Ici l’autrice nous écris un thriller digne de ce nom, à la limite elle s’est juste inspirée du conte, suspense, tueur machiavélique, on bascule dans la dimension d’un fou, certes très intelligent mais un monstre.

J’ai beaucoup aimé Clara et ses amis tout comme Jude et Yuko tout comme le rythme de ce livre, il n’y a pas de poses ou de passages où rien n’arrive où il n’y a pas de révélations petites ou grandes.

 

Une très bonne lecture, à lire absolument !

 

Beignets de tomates vertes – Fannie Flagg

beignets-

Editions J’ai Lu

465 pages

destockage-pal-duo-600x367

Quatrième de couverture

Au sud de l’Amérique profonde, en Alabama, un café au bord d’une voie ferrée… Ninny, quatre-vingt-six ans, se souvient et raconte à Evelyn les histoires incroyables de Whistle Stop. Et Evelyn qui vit très mal l’approche de la cinquantaine et sa condition de femme rangée, découvre un autre monde. Grâce à l’adorable vieille dame, elle peut enfin se révéler, s’affirmer… Une chronique nostalgique et tendre, généreuse et colorée, pleine de saveur et d’humour. Un baume au coeur, chaud et sucré.

Mon avis

Très grand coup de cœur pour ce livre dont je connais l’histoire quasiment par cœur grâce au film que j’ai vu plusieurs fois.

Cela faisait plusieurs années et quand je dis plusieurs c’est vraiment plusieurs, pas 5 ou 6 ans !!! Je dirais entre 10 et 15 ans et encore je me demande si ce n’ai pas plus. Bref  cela fait très longtemps qu’après chaque passage télé j’ai envie de lire Beignets de tomates vertes pour pouvoir retrouver les personnages et parce que en général le livre est mieux que le film.

J’ai franchi le pas en ce mois de juillet en achetant le livre et en le lisant, je ne l’avais pas fait avant parce que je crois que j’aime tellement ce film qu’il me semblait impossible que le livre soit mieux !! Et bien oui il n’est pas mieux et il tout pareil au film, je dirai qu’il est plus complet, plus étoffé et il a été très  bien adapté.

J’ai retrouvé avec un immense plaisir les différents protagonistes, les joies et les peines de chacun, les malheurs, les inégalités.

J’ai vraiment apprécié l’écriture et la sensibilité de l’auteur, j’ai adoré cette lecture qui est à la fois des histoires d’amour, d’amitiés et le reflet d’une époque

Je vous conseille le film et le livre, les deux sont très bien.

Hitler mon voisin – Edgar Feuchtwanger

hitler-mon-voisin-3325203-250-400

Editions Michel Lafon

295 pages

Quatrième de couverture

Âgé de 5 ans, Edgar Feuchtwanger, fils unique d’un éditeur juif, a une enfance heureuse dans la ville de Munich. C’est un petit Allemand insouciant, choyé par ses parents et sa nounou, lorsque Adolf Hitler, chef du Parti national socialiste, s’installe dans l’immeuble d’en face. En 1933 se brise le bonheur de cette vie sans nuage. Hitler est nommé chancelier. Les parents d’Edgar, déchus de leurs droits de citoyens ordinaires, tentent de le protéger des humiliations. À l’école, sa maîtresse lui fait dessiner des croix gammées, ses camarades rejoignent les jeunesses hitlériennes. Depuis sa fenêtre, en regardant de l’autre côté de la rue, Edgar va assister à la préparation de la Nuit des longs couteaux, de l’Anschluss et de la Nuit de Cristal. Les Juifs sont arrêtés, son père est enfermé à Dachau où il connaîtra la peur, le froid et la faim. En 1939, Edgar est envoyé seul en Grande-Bretagne. Il y fera sa vie, sa carrière, fondera une famille et s’efforcera d’oublier le cauchemar de son passé. Un passé qui a soudain rejailli lorsqu’il a voulu, à 88 ans, raconter cette enfance enfouie.

Mon mini-avis

Lecture très intéressante, livre bien écrit, à lire.

Un bûcher sous la neige – Susan Fletcher

buchersouslaneige

Editions J’ai Lu

457 pages

bookclub_logo2de janvier sur Livraddict

Quatrième de couverture

Au cœur de l’Ecosse du XVIIe siècle, Corrag, jeune fille accusée de sorcellerie, attend le bûcher. Dans le clair-obscur d’une prison putride le Révérend Charles Leslie, venu d’Irlande espionner l’ennemi, l’interroge sur les massacres dont elle a été témoin. Mais, depuis sa geôle, la voix de Corrag s’élève au-dessus des légendes de sorcières, par-delà ses haillons et sa tignasse sauvage. Peu à peu, la créature maudite s’efface; du coin de sa cellule émane une lumière, une sorte de grâce pure. Et lorsque le révérend retourne à sa table de travail, les lettres qu’il brûle d’écrire sont pour sa femme Jane, non pour son roi. Chaque soir, ce récit continue, Charles suit Corrag à travers les Highlands enneigés, sous les cascades où elle lave sa peau poussiéreuse des heures de chevauchée solitaire. Chaque soir, à travers ses lettres, il se rapproche de Corrag, la comprend, la regarde enfin et voit que son péché est son innocence et le bûcher qui l’attend le supplice d’un agneau.

Mon avis :

Comme d’habitude je n’ai pas lu la quatrième de couverture et encore une fois j’en suis très heureuse parce qu’à mon goût elle en dévoile trop.

Corrag m’a énormément touché et ému aux larmes, je garderai d’elle la vision d’une enfant puis d’une femme sensible et forte qui voit le monde avec beaucoup d’humanité, de simplicité. D’une jeune femme très proche de la nature, des saisons et de la vie.
J’ai aussi été touché par la relation que Corrag a avec la nature et les animaux.
Pour les autres personnages j’ai été aussi émue par l’évolution de Charles et j’ai beaucoup aimé les échanges de correspondance avec sa femme personnage peu présent mais très important.
Alastaire je l’ai apprécié mais il m’a semblé un peu transparent, j’ai beaucoup aimé le clan MacDonald malgré leurs défauts et en particulier le chef du clan McDonald qui malgré ses côtés guerriers et durs à aussi un côté très paternaliste avec les siens.

Et même si ce n’est pas un personnage j’ai énormément aimé les descriptions de l’Ecosse et des différentes saisons décrites avec tellement de beauté !

J’ai adoré le style de l’auteur, j’ai été totalement subjuguée par ce livre , un coup de cœur énorme.
J’ai été étonnée de voir qu’elle est aussi jeune, la qualité littéraire de ce livre me faisait penser à un classique, maitrise et pureté des mots.

Ce roman est un petit chef d’œuvre pour moi, une très grande qualité littéraire, un personnage principale plus qu’attachant, j’ai lu le dernier chapitre en larmes tellement j’étais émue pour et par Corrag.

Et le plus de ce roman c’est que l’auteur c’est inspiré d’un fait historique bien réel malheureusement.

Un très très grand coup de cœur assurément.

A lire absolument, ne passez pas à côté de ce magnifique et fort roman !

ma note : 10/10

La servante du seigneur – Jean-Louis Fournier

9782253179948-T

éditions Le livre de poche

129 pages

Quatrième de couverture

Ma fille était belle, ma fille était intelligente, ma fille était drôle?
Mais elle a rencontré Monseigneur. Il a des bottines qui brillent et des oreilles pointues comme Belzébuth. Il lui a fait rencontrer Jésus. Depuis, ma fille n?est plus la même.
Elle veut être sainte.
Rose comme un bonbon, bleue comme le ciel.

Mon avis :

J’ai retrouvé ici le style et l’écriture de l’auteur que j’avais aimé dans « Où on va papa ? » et « Veuf », un mélange d’humour noir, d’émotion et de causticité.
On ressent bien l’émotion d’un père qui ne peut plus voir sa fille, le livre est touchant sans être larmoyant et sans étouffer le lecteur d’une couche de bon sentiment.
J’ai toutefois préféré les deux précédents livres que j’ai lu de cet auteur même si j’ai bien aimé celui là aussi.