Mille femmes blanches – Jim Fergus

éditions Pocket

494 pages

Quatrième de couverture

En 1874, à Washington, le président Grant accepte la proposition incroyable du chef indien Little Wolf : troquer mille femmes blanches contre chevaux et bisons pour favoriser l’intégration du peuple indien. Si quelques femmes se portent volontaires, la plupart viennent en réalité des pénitenciers et des asiles… L’une d’elles, May Dodd, apprend sa nouvelle vie de squaw et les rites des Indiens. Mariée à un puissant guerrier, elle découvre les combats violents entre tribus et les ravages provoqués par l’alcool. Aux côtés de femmes de toutes origines, elle assiste à l’agonie de son peuple d’adoption…
Mon avis
Quelle lecture difficile ! Difficile pour moi au niveau du thème, on assiste à la perversion des Indiens par les Blancs et l’anéantissement de la culture indienne par ses mêmes Blancs imbus de leur personne.
Ce livre m’a énervé …
C’est un excellent livre sans aucun doute, c’est très bien écris et certainement très bien documenté mais comme je l’ai dis c’est le thème qui a été dur. J’aurais aussi préféré que l’on suive moins les états d’âme de May, je ne sais pas quelque chose m’a gêné, m’a manqué.
J’aurais voulu en savoir plus sur le peuple indien en étant  vraiment immergé dans leur quotidien à travers les yeux d’une indienne. Je pense que je n’ai pas lu le bon livre.
Si vous avez des titres de romans sur le peuple indien bien avant l’arrivée des blancs ça m’intéresse !

La dernière lame – Estelle Faye

éditions Le pré aux clerc

451 pages

Quatrième de couverture

Un monde qui ressemble à notre Renaissance, menacé par la montée des océans grouillant de créatures maléfiques, où règnent la violence, la famine et la misère. L’Église des Cendres prospère sur tout ce désespoir, menée par la mystérieuse Marie aux yeux verts. Dans une des dernières villes émergées, Joad tente d’apaiser les souffrances et se prépare à affronter l’Armée des Cendres. Joad et Marie vont s’engager dans une course dont l’enjeu n’est rien de moins que le sort du monde.

Mon avis

Cette lecture est une déception, je m’attendais tout de même à passer au minimum un bon moment mais je me suis ennuyée. Encore une histoire où une religion est présente et ça je trouve que c’est du déjà vu. L’univers crée pas l’auteur est original c’est certain mais il me manque des choses, principalement des détails.

En ce qui concerne les personnages, je n’ai pas réussi à m’attacher à un seul. Je trouve Marie extrêmement antipathique, je n’ai pas aimé le principe d’oublier…je ne me souviens même plus du mot employé dans le livre.

Je n’ai rien aimé dans ce livre j’ai lu 279/451 pages parce que je n’en pouvais plus de cette histoire, de ces personnages. Je ne sais pas comment ça fini et je m’en moque royalement.

Ce livre n’était pas fais pour moi !!!

 

Le suivant sur la liste – Manon Fargetton

éditions Rageot/Thriller

265 pages

Quatrième de couverture

Izia bifurqua dans le rue du collège. Elle consulta sa montre. Parfait. Izia collectionnait les mots sur son carnet de liaison et se faisait un devoir de ne jamais arriver à l’heure. Elle leva un sourcil étonné en apercevant Nathan qui déboulait sur son vélo à l’autre bout de la rue. Elle s’apprêtait à traverser en snobant le passage clouté lorsqu’une Mercedes aux vitres teintées surgit du carrefour. Trop vite. Beaucoup trop vite. Elle distingua sans peine le regard déterminé du conducteur qui enfonçait la pédale d’accélérateur. La voiture était déjà sur Nathan. Elle cria.

 

Mon avis.

Tout d’abord une petite précision :  si vous achetez le livre sur fnac ou amazon ne lisez pas le résumé parce que vous serez pas mal spoilé.

Le suivant sur la liste est le second roman de Manon Fargetton que je lis, le premier étant de la fantasy  « L’héritage des rois passeurs » que j’avais beaucoup aimé. Avec « Le suivant sur la liste » qui est un tout autre genre, un thriller, j’ai passé un très bon moment de lecture.

J’aime beaucoup l’écriture et le style de cette autrice que j’ai découvert il y a peu. Ce livre est très captivant avec un très bon rythme, les personnages attachants, il y a pas mal de suspense et du coup il se lit très vite.

Donc une très bonne lecture, j’ai emprunté ce livre à la médiathèque et j’emprunterai dans l’été la suite « La nuit des fugitifs ».

 

L’héritage des Rois Passeurs – Manon Fargetton

éditions Milady

472 pages

Quatrième de couverture

Ombre et Rive sont deux reflets d’une même réalité, et Énora est la seule à avoir le pouvoir de passer de l’un à l’autre. Lorsque sa famille est brutalement décimée par des assassins, elle se réfugie au seul endroit où ses poursuivants ne peuvent l’atteindre : au royaume d’Ombre, sur la terre de ses ancêtres. Là, sa route croisera celle de Ravenn, princesse rebelle de retour d’exil et bien décidée à s’emparer du trône qui lui revient de droit. Coïncidence, ou rencontre orchestrée de longue date ?

 

Mon avis

J’avais envie de découvrir cette autrice depuis un moment. J’ai eu L’héritage des rois passeurs pour noël dernier et je l’ai enfin lu.

Je n’ai pas été déçu, le contenu est aussi bien que le contenant, l’illustration de Magali Villeneuve est magnifique.

J’ai beaucoup aimé l’écriture de Manon Fargetton et l’univers qu’elle a créé. C’est un univers riche qui aurait mérité deux tomes pour pouvoir l’explorer plus en profondeur, malgré cela ce tome est tout de même assez complet. Le lecteur apprend beaucoup de choses sur Ombre, Rives et les Limbes.

Il y a pas mal de suspense et d’actions, on entre très vite dans le livre avec des personnages plus ou moins attachants. Ravenn a un caractère bien trempé j’ai beaucoup aimé ce personnage tout comme Julien et Charly ainsi que Liam. Enora a un petit quelque chose qui m’a agacé mais je ne saurais dire quoi. J’ai eu cependant un peu de mal avec la « matérialisation » des dieux en humain, pas facile pour moi à imaginer. J’ai beaucoup aimé en début de chapitre les « carnet de Morgane » et les écrits des Encrés.

L’existence des Noirs Portraits est passionnante et surprenante. Tout plein de choses dans ce roman fantasy qui sont belles, horribles, stupéfiantes.

Je suis ravie d’avoir enfin lu cette autrice et j’ai hâte de lire un autre roman de cet auteur. J’attends la sortie chez Milady(en fin d’année) de Les Illusions de Sav-Loar pour l’acheter et le lire,  il promet d’être très bon puisque je pense que nous allons retrouver des magiciennes et que nous restons dans l’univers de Ombre.

 

Une très bonne lecture, pas un coup de cœur mais pas loin.

 

 

Au bois dormant – Christine Féret-Fleury

éditions BlackMoon

345 pages

Quatrième de couverture

Depuis que je suis née, ma vie ressemble à un conte de fées.

Mais ne vous y fiez pas! La vie d’une belle au bois dormant n’est pas rose.

Mes parents me font déménager sans cesse, ils me surveillent jour et nuit, je ne suis pas libre comme les autres. Ils ont la hantise de me voir grandir

Car il le leur a promis:

le jour de mes seize ans,

je devrais mourir…

Mon avis

Ce livre est également un emprunt médiathèque et il va falloir malheureusement que je le ramène. Je l’ai choisi pour le titre et pour la couverture, et, comme à mon habitude je n’ai pas lu la quatrième de couverture (ne lisez pas celle des sites de ventes en ligne elle raconte tout le livre ou presque !!!).

Au bois dormant  est un page turner, une fois ouvert il est une totale addiction livresque. Je me suis même levée le dimanche matin à 6h15 très précisément pour pouvoir le finir, c’est dire son efficacité en tant que thriller.

J’ai beaucoup apprécié l’écriture de cette autrice et encore plus aimé cette réécriture de conte. Elle écrit principalement des livres jeunesse, il me semble à partir de 9 ans donc même pas des young adult mais elle devrait se mettre à écrire des thrillers parce que Au bois dormant est bigrement efficace.

Comme vous l’aurez sûrement compris avec le titre il s’agit d’un réécriture de la Belle au bois dormant.

Contrairement à certaines réécritures de contes nous sommes loin d’un copier/coller transposé à notre époque, ce qui est pour moi d’une facilité absolue.

Ici l’autrice nous écris un thriller digne de ce nom, à la limite elle s’est juste inspirée du conte, suspense, tueur machiavélique, on bascule dans la dimension d’un fou, certes très intelligent mais un monstre.

J’ai beaucoup aimé Clara et ses amis tout comme Jude et Yuko tout comme le rythme de ce livre, il n’y a pas de poses ou de passages où rien n’arrive où il n’y a pas de révélations petites ou grandes.

 

Une très bonne lecture, à lire absolument !

 

Beignets de tomates vertes – Fannie Flagg

beignets-

Editions J’ai Lu

465 pages

destockage-pal-duo-600x367

Quatrième de couverture

Au sud de l’Amérique profonde, en Alabama, un café au bord d’une voie ferrée… Ninny, quatre-vingt-six ans, se souvient et raconte à Evelyn les histoires incroyables de Whistle Stop. Et Evelyn qui vit très mal l’approche de la cinquantaine et sa condition de femme rangée, découvre un autre monde. Grâce à l’adorable vieille dame, elle peut enfin se révéler, s’affirmer… Une chronique nostalgique et tendre, généreuse et colorée, pleine de saveur et d’humour. Un baume au coeur, chaud et sucré.

Mon avis

Très grand coup de cœur pour ce livre dont je connais l’histoire quasiment par cœur grâce au film que j’ai vu plusieurs fois.

Cela faisait plusieurs années et quand je dis plusieurs c’est vraiment plusieurs, pas 5 ou 6 ans !!! Je dirais entre 10 et 15 ans et encore je me demande si ce n’ai pas plus. Bref  cela fait très longtemps qu’après chaque passage télé j’ai envie de lire Beignets de tomates vertes pour pouvoir retrouver les personnages et parce que en général le livre est mieux que le film.

J’ai franchi le pas en ce mois de juillet en achetant le livre et en le lisant, je ne l’avais pas fait avant parce que je crois que j’aime tellement ce film qu’il me semblait impossible que le livre soit mieux !! Et bien oui il n’est pas mieux et il tout pareil au film, je dirai qu’il est plus complet, plus étoffé et il a été très  bien adapté.

J’ai retrouvé avec un immense plaisir les différents protagonistes, les joies et les peines de chacun, les malheurs, les inégalités.

J’ai vraiment apprécié l’écriture et la sensibilité de l’auteur, j’ai adoré cette lecture qui est à la fois des histoires d’amour, d’amitiés et le reflet d’une époque

Je vous conseille le film et le livre, les deux sont très bien.

Hitler mon voisin – Edgar Feuchtwanger

hitler-mon-voisin-3325203-250-400

Editions Michel Lafon

295 pages

Quatrième de couverture

Âgé de 5 ans, Edgar Feuchtwanger, fils unique d’un éditeur juif, a une enfance heureuse dans la ville de Munich. C’est un petit Allemand insouciant, choyé par ses parents et sa nounou, lorsque Adolf Hitler, chef du Parti national socialiste, s’installe dans l’immeuble d’en face. En 1933 se brise le bonheur de cette vie sans nuage. Hitler est nommé chancelier. Les parents d’Edgar, déchus de leurs droits de citoyens ordinaires, tentent de le protéger des humiliations. À l’école, sa maîtresse lui fait dessiner des croix gammées, ses camarades rejoignent les jeunesses hitlériennes. Depuis sa fenêtre, en regardant de l’autre côté de la rue, Edgar va assister à la préparation de la Nuit des longs couteaux, de l’Anschluss et de la Nuit de Cristal. Les Juifs sont arrêtés, son père est enfermé à Dachau où il connaîtra la peur, le froid et la faim. En 1939, Edgar est envoyé seul en Grande-Bretagne. Il y fera sa vie, sa carrière, fondera une famille et s’efforcera d’oublier le cauchemar de son passé. Un passé qui a soudain rejailli lorsqu’il a voulu, à 88 ans, raconter cette enfance enfouie.

Mon mini-avis

Lecture très intéressante, livre bien écrit, à lire.