Block 46 – Johana Gustawsson

éditions Milady thriller

442 pages

Quatrième de couverture

Falkenberg. Suède. Le commissaire Bergström retrouve le cadavre nu et gelé d’une femme aux abords de la plage d’Olofsbo. Londres. Profileuse de renom, la ténébreuse Emily Roy enquête sur une série de meurtres d’enfants dont les corps sauvagement mutilés ont été abandonnés dans les bois d’Hampstead, au nord de la ville. Ils présentent les mêmes mutilations que la victime suédoise : trachée arrachée, yeux énucléés et un mystérieux Y gravé sur le bras. Etrange serial killer, qui change de type de proie et de lieu de chasse… Pourrait-il s’agir d’un tandem de sociopathes ?

Mon avis

Un grand coup de coeur pour cet excellent thriller. Ce livre a été une excellente lecture. Un thriller en grande partie historique, hyper addictif. J’ai aimé l’écriture et le style de l’autrice. J’ai eu la chance de pouvoir la rencontrer dans un salon du livre « le salon du sang sur les volcans » et cela a été une très belle rencontre.

Je ne vais rien rajouter de plus sur cette lecture pour ne rien dévoiler mais je vous incite à le lire, c’est vraiment un thriller incontournable je trouve . Je lirais les autre livres de cet autrice sans hésitation.

Satan était un ange – Karine Giebel

éditions Pocket
376 pages

Quatrième de couverture
Deux trajectoires, deux lignes de fuite.
Hier encore, François était quelqu’un. Un homme qu’on regardait avec admiration, avec envie. Aujourd’hui, il n’est plus qu’un fugitif tentant d’échapper à son assassin. Qui le rattrapera, où qu’il aille. Quoi qu’il fasse.
Paul regarde derrière lui ; il voit la cohorte des victimes qui hurlent vengeance. Il paye le prix de ses fautes. L’échéance approche…
Dans la même voiture, sur une même route, deux hommes que tout semble opposer, et qui pourtant fuient ensemble leur destin différent. Rouler droit devant. Faire ce qu’ils n’ont jamais fait.
Puisque l’horizon est bouché, autant tenter une dernière percée. Flamboyante.

Mon avis

Excellent thriller. Tout est là pour passer une très bon de lecture, un très très bon moment. Les personnages sont attachants, que ce soit François ou Paul, Karine Giebel sait donner une âme à ses personnages. L’intrigue est très prenante, le suspense est bien présent, tout comme l’émotion.

Coup de coeur livresque !

Métro 2033 – Dmitry Glukhovsky

éditions L’Atalante
653 pages

Quatrième de couverture
Une guerre a décimé la planète. La surface, inha­bitable, est désor­mais livrée à des monstruo­sités mutantes. Moscou est une ville aban­don­née. Les survi­vants se sont réfu­giés dans les pro­fon­deurs du métro­politain, où ils ont tant bien que mal orga­nisé des micro­sociétés de la pénurie.
Dans ce monde réduit à des stations en déli­quescence reliées par des tunnels où rôdent les dan­gers les plus insolites, le jeune Artyom entre­prend une mission qui pour­rait le conduire à sauver les derniers hommes d’une menace obscure. mais aussi à se découvrir lui-même à travers les rencontres improbables qui l’attendent.
Nombre de mythes accompagnent l’univers du métro dans toutes les grandes villes. Dmitry Glukhovsky en fait un thriller fantastique.
Dmitry Glukhovsky est un Journaliste et un romancier russe né le 12 juin 1979 à Moscou. Il a travaillé pour de nombreux journaux en Allemagne, en France et en Israël. Il parle le français, l’espagnol, l’allemand et l’hébreu. Glukhovsky est l’auteur du best-seller Metro 2033 qu’il a d’abord publié sur son site internet et qui a renconté un grand succès. Un jeu vidéo adapté du roman est sortie en Mars 2010. En 2007 il a reçu les « Encouragement Award of the European Science Fiction Society » au prestigieux « Eurocon contest » de Copenhague.

Mon avis

Globalement ce livre a été une bonne lecture. Il faut bien avouer que c’est un livre un peu spécial qui ne plaira pas à tout le monde, pour ma part il m’a plu mais je l’ai trouvé quand même un peu trop long et l’impression de tourner en rond au propre comme au figuré. Ceci dit j’ai l’intention de lire un jour Métro 2034 et Métro 2035

Descendants-tome 1-Rico Green

éditions Hachette Bibliothèque rose
192 pages

Quatrième de couverture
Dans un royaume idyllique d’aujourd’hui, le fils adolescent bienveillant du roi et de la reine (la Bête et la Belle de l’emblématique Disney La Belle et la Bête) est prêt à prendre le trône. Sa première proclamation: offrir une chance de rédemption à la descendance de fauteurs de troubles comme Cruella d’Enfer, Maléfique, la Méchante Reine et Jafar qui ont été emprisonnés sur une île interdite avec tous les autres méchants, acolytes et familles maléfiques.
Ces descendants crapuleux sont autorisés à entrer dans le royaume et à fréquenter l’école de préparation aux côtés de la progéniture des héros Disney emblématiques. Cependant, Mal, Jay, Carlos et Evie font face à un dilemme: doivent-ils suivre les traces de leurs parents infâmes et aider tous les méchants à reprendre le pouvoir ou embrasser leur bonté innée et sauver le royaume ?

Mon avis
Très bonne lecture dans l’univers Disney J’adhére !!!!

La dernière duchesse – Daisy Goodwin

éditions FranceLoisirs /Milady
596 pages

Quatrième de couverture
Toutes les femmes l’envient, tous les hommes la désirent… Cora Cash est belle, pleine d’esprit, et à la tête d’une fortune colossale. Mais sa mère rêve de la seule chose qu’elle ne pourra pas lui acheter : un titre de noblesse. Envoyée de l’autre côté de l’Atlantique, la jeune femme fait forte impression auprès de la bonne société anglaise et trouve un bon parti – un séduisant duc dont la propriété tombe en ruine. Mais la délicieuse Américaine a tôt fait de déchanter : l’univers impitoyable de l’aristocratie regorge de pièges et de trahisons qui risquent fort de provoquer sa chute. Pour y échapper, l’enfant gâtée va devoir se métamorphoser en femme accomplie.

Mon avis
lu il y a un an j’avoue ne pas vraiment me souvenir de l’histoire, j’avais bien aimé c’est certain et pour le reste ….

Il est grand temps de rallumer les étoiles – Virginie Grimaldi

éditions Le Livre de Poche
376 pages

https://virginiegrimaldi.com/

Quatrième de couverture
Anna, 37 ans, croule sous le travail et les relances des huissiers.
Ses filles, elle ne fait que les croiser au petit déjeuner. Sa vie défile, et elle l’observe depuis la bulle dans laquelle elle s’est enfermée.
À 17 ans, Chloé a des rêves plein la tête mais a choisi d’y renoncer pour aider sa mère. Elle cherche de l’affection auprès des garçons, mais cela ne dure jamais. Comme le carrosse de Cendrillon, ils se transforment après l’amour.
Lily, du haut de ses 12 ans, n’aime pas trop les gens. Elle préfère son rat, à qui elle a donné le nom de son père, parce qu’il a quitté le navire.
Le jour où elle apprend que ses filles vont mal, Anna prend une décision folle : elle les embarque pour un périple en camping-car, direction la Scandinavie. Si on ne peut revenir en arrière, on peut choisir un autre chemin.
Anna, Chloé, Lily. Trois femmes, trois générations, trois voix qui se répondent. Une merveille d’humour, d’amour et d’humanité.

Mon avis :

Une excellente lecture, un coup de coeur pour l’histoire et les personnages malgré le fait que finalement le hasard n’étais pas vraiment un hasard, dommage ! J’ai apprécié aussi l’écriture de l’autrice, un beau roman.

Contes – Grimm

éditions folio Classique

385 pages

Quatrième de couverture

Mon avis :
J’adore les contes, les fées, les princesses, les méchantes sorcières, les princes charmants et les Disney donc bien évidemment j’ai beaucoup aimé cette lecture et j’ai aimé lire les originaux de contes très célèbres comme que j’adore comme Blanche Neige, Cendrillon ou La Belle au bois dormant.
CHALLENGES

L’échappée – Valentine Goby

éditions folio

257 pages

Quatrième de couverture

Nous marchons, suivies par la foule, têtes rasées parmi les décombres de l’avenue janvier, de la rue Saint-Hélier dévastée, criblée de béances et d’immeubles en ruine, pendant des semaines c’étaient des gravats enchevêtrés de poutres, de meubles brisés, chambres, cuisines, salles à manger réduites en poussière, éclats de verre, j’imagine que c’était comme ça, tout est déblayé et vide maintenant, je trébuche sur des souvenirs que je n’ai pas, les bombardements ont eu lieu sans moi, j’étais terrée dans un couvent mais je sais tout, ils m’ont lait ce que la guerre leur a fait.

Mon avis

Une bonne lecture même si je m’attendais à ce que le sujet soit traité autrement, plus accès sur le après-guerre. Mais l’écriture de cette autrice belle, très belle, un régal à lire. Elle s’est traduire par les mots et tout en finesse tout un panel de sentiments, une très belle écriture.
On suit Madeleine avec tristesse et émotion car l’on sait la honte et l’humiliation qu’elle devra subir…
Chaque livre de Valentine Goby me touche profondément, chaque livre est une pépite.
Si vous ne connaissez pas cette autrice n’hésitez pas à la lire.

Jusqu’à ce que la mort nous unisse – Karine Giebel

karine-giebel-jusqu-a-ce-que-la-mort-nous-unisse

éditions Pocket 604 pages

der

Quatrième de couverture

La montagne ne pardonne pas. Vincent Lapaz, guide solitaire et blessé par la vie, l’apprend aujourd’hui à ses dépens : la mort vient de frapper, foudroyant un être cher. Simple accident ? Vincent n’en croit rien : la victime connaissait le parcours comme sa poche. C’est un meurtre. Avec l’aide d’une jeune gendarme, Vincent mène l’enquête, de crevasses en chausse-trapes, déterrant un à un les secrets qui hantent cette vallée. Et Lapaz non plus n’est pas du genre à pardonner…

Mon avis

Après avoir lu la moitié du livre j’ai eu un peu peur d’être déçue par ce Giebel mais heureusement il n’en est rien. Ce livre est moins thriller que les autres romans que j’ai lu de cet auteur c’est pour cela que j’avais peur d’être déçue au fil des pages et même si j’ai bien aimé il n’est pas mon préféré, il en fallait un et c’est celui là !

Rien à dire ce l’écriture, comme d’habitude c’est très agréable à lire, un très bon rythme et Karine Giebel a un don exceptionnel pour rendre certains de ses personnages hyper attachants, la « magie » opère à chaque fois.

 

 

Un paquebot dans les arbres – Valentine Goby

1507-1

Editions Acte Sud

266 pages

Lu dans le cadre des Matchs de la rentrée littéraires 2016 Priceminister que je remercie grandement.

logo_rentreelitteraire

 

 

Quatrième de couverture

Au milieu des années 1950, Mathilde sort à peine de l’enfance quand la tuberculose envoie son père et, plus tard, sa mère au sanatorium d’Aincourt. Cafetiers de La Roche-Guyon, ils ont été le coeur battant de ce village des boucles de la Seine, à une cinquantaine de kilomètres de Paris.
Doué pour le bonheur mais totalement imprévoyant, ce couple aimant est ruiné par les soins tandis que le placement des enfants fait voler la famille en éclats, l’entraînant dans la spirale de la dépossession. En ce début des Trente Glorieuses au nom parfois trompeur, la Sécurité sociale protège presque exclusivement les salariés, et la pénicilline ne fait pas de miracle pour ceux qui par insouciance, méconnaissance ou dénuement tardent à solliciter la médecine.
À l’âge où les reflets changeants du fleuve, la conquête des bois et l’insatiable désir d’être aimée par son père auraient pu être ses seules obsessions, Mathilde lutte sans relâche pour réunir cette famille en détresse, et préserver la dignité de ses parents, retirés dans ce sanatorium – modèle architectural des années 1930 –, ce grand paquebot blanc niché au milieu des arbres.
Mon avis

Une très bonne lecture mais une lecture presque douloureuse tellement c’est triste. Ce n’est pas la tristesse qui est réellement présente mais plutôt la fatalité, la fatalité de la vie qui fait dire que « la vie n’est pas un long fleuve tranquille ».  Mathilde et sa famille sont heureux, ni riche ni pauvre mais tout simplement heureux, le bonheur est là. Puis la maladie du père va tout faire basculer, les mauvais choix, la faute à pas de chance.

Sincèrement on a mal pour eux, cette lecture rend triste et vous met le moral à zéro, ce fût en tout cas ce que j’ai ressenti. Donc il vaut mieux avoir un bon moral pour lire ce roman. On ne peut aussi qu’admirer le courage et l’opiniâtreté de Mathilde.

Et là je me dis que l’auteur est un excellent auteur parce qu’elle réussi à nous immerger dans son livre auprès de la Mathilde et de sa famille. On se sent propre de chacun d’eux.

 

Un excellent roman et le reflet d’une époque.