Les contes de Beedle le Barde – J.K. Rowling

éditions Gallimard Jeunesse

127 pages

Quatrième de couverture

Aventure, ruse, amour, magie, voici les cinq contes qui bercent l’enfance des sorciers. Traduit des runes par Hermione Granger, commenté par Albus Dumbledore, avec une introduction de J.K. Rowling, ce classique vous fera tour à tour rire ou frisonner.

Mon avis

Je me suis régalée avec cette lecture, autant avec les contes qu’avec les commentaires de Albus Dumbledore à chaque fin d’histoires. Le lecteur est transporté dans le monde des petits sorciers et petites sorcières et les notes du professeur Dumbledore rendent ce petit livre totalement réel.

Un indispensable pour les fans de Harry Potter et pour tous ceux et celles qui aiment la saga Harry Potter.

Lumière – Le voyage de Sveltana – Carole Trébor

éditions Rageot

369 pages

 

Quatrième de couverture

Entre raison et passion, ombre et lumière,le destin captivant de Svetlana.Hantée par la dernière volonté de sa mère adoptive Svetlana quitte le Paris des Lumières pour rejoindre la Russie des tsars. Au cours de ce voyage, elle rencontre
des êtres mystérieux, Varlaam et Mira, et se découvre d’étonnants pouvoirs…
Pour accepter sa véritable identité, Svetlana doit affronter sa part d’ombre. Et qui, de Boris l’officier d’élite, ou d’Aliocha, le paysan rebelle, l’aidera à se révéler à elle-même ?

Mon avis

Une bonne lecture qui aurait été très bonne si le thème et les faits historiques avaient été plus exploités. Il manque de consistance à cette histoire, c’est dommage par l’idée est très bonne, c’est plutôt bien écrit. Malgré cela comme je l’ai dit ce fût une bonne lecture, captivante, la part de fantastique est assez sympa.

Voilà une lecture sympathique, pas à lire absolument mais qui fait voyager le lecteur et fait passer un bon moment de lecture.

Lettres au Père Noël – J.R.R. Tolkien

éditions Pocket

159 pages

 

Quatrième de couverture

Plus connu pour ses travaux universitaires et pour l’invention de la Terre du Milieu, J.R.R. Tolkien est aussi un formidable auteur de contes pour enfants. Comme Bilbo le Hobbit et Roverandom, les Lettres du Père Noël ont d’abord été destinées à ses trois fils et à sa fille, auxquels, chaque année entre 1920 et 1943, Tolkien a écrit une lettre – parfois deux – prétendument envoyée du pôle Nord par le Père Noël ou l’Ours Polaire. Ces trente lettres et les dessins qui les accompagnent forment un récit très prenant des aventures de l’homme en rouge et à la barbe blanche, de son ours assistant, et de leurs démêlés avec les gobelins. Un ouvrage qui plaira aux enfants, à leurs parents, et surprendra plus d’un amoureux de Tolkien.

Mon avis

Excellente lecture, un indispensable lorsqu’on aime et adore l’oeuvre de Tolkien. J’ai beaucoup aimé les lettres et les dessins en me disant que les enfants  de ce génie avaient bien eu de la chance d’avoir un tel père. A lire et relire durant la période de Noël biensûr !

Coup de coeur !

Au pied du sapin – Joyeux Noël – Collectif

Mon avis

Déception pour ces deux livres, j’ai été pas mal déçu, j’avais envie de la magie de Noël et à par La petite fille aux allumettes de Hans Christian Andersen toutes les autres histoires ne valent pas la peine d’être lu durant la période de Noël. Je me suis très ennuyée avec certaines dont celles de Charles Dickens et certaines m’ont laissées totalement indifférentes !

Noël 2017

Scrap sur toile et tambour point de croix

Nouvelle broderie (modèle de chez Damoiselle Croisée un peu différente pour la mienne)

Finition de deux broderies

Finition d’un soulier de lutin en lacet roumain

Sapin en tissus que je voulais faire depuis au moins trois ans !

 

Ma broderie diamants finie dans les temps cette année, je suis ravie du résultat.

Diverses déco et sapins

 

 

La tresse – Laetitia Colombani

éditions Grasset

221 pages

Quatrième de couverture

Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.

Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.

Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée.

Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade.

Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

Mon avis

En écrivant ma chronique j’ai été ravie de ne pas avoir lu la quatrième de couverture parce que je trouve qu’elle en dévoile pas mal. D’ailleurs évitez de lire ma chronique si vous souhaiter lire ce livre. J’ai beaucoup entendu de bien de ce livre donc lorsque je l’ai vu à la médiathèque je l’ai emprunté sans hésitation et je ne le regrette pas.

Un coup de coeur pour ce livre et ces trois femmes mais avec une petite déception pour le personnage de Sarah, tout d’abord parce que la discrimination qu’elle subit les hommes la subissent également. Ensuite le fait que la seule raison pour laquelle elle veut se battre et guérir est son travail et sa position sociale me dépasse complètement, je me demande même si je ne lui ai pas parlé à voix haute  » et tes mômes !!! bats toi pour tes mômes bon sang !!! ». Il faut attendre un bon moment pour qu’elle se rende compte que la bataille qu’elle doit gagner c’est pour ses enfants ! Mais bien évidemment cette femme est touchante et l’on vit sa mise au placard et ce qui concerne sa maladie avec effroi. Et j’aurais aimé la suivre dans son combat .

Et tout cela (obsession de Sarah pour son travail) est d’autant plus décevant lorsqu’on voit avec quel courage Smita va se battre pour sa fille, avoir un courage exemplaire, va risquer sa vie pour elle. Une femme admirable dans un pays où la condition de la femme est abominable et encore plus pour elle qui fait partie de la caste des intouchables. Smita m’a bouleversé et j’aurais tellement aimé lire la suite de sa vie, connaître son futur ainsi que celui de sa fille.

Quant à Giulia bien sûr elle n’a pas eu des moments faciles mais sa condition de femme n’a rien de comparable à Smita, elle avait tout de même le choix de son futur sans risquer la mort.

Dans ce roman c’est Smita qui fait rayonner le livre et qui lui donne toute sa profondeur .  Ce que vivent les femmes en Inde est juste horrible et impensable et lorsque en plus s’ajoute le fait qu’elles fassent partie d’une caste inférieure….

Le point faible (après est-ce vraiment un point faible ? ) de ce roman est pour moi le fait qu’il soit trop court, j’aurais tellement voulu continuer à suivre Sarah, Giulia et Smita. Bien sûr l’autrice nous fait comprendre que l’avenir de chacune est positif mais bon ça ne m’a pas convaincu.

En résumé n’hésitez pas à lire ce livre.

Le sel de nos larmes – Ruta Sepetys

éditions Gallimard Jeunesse

477 pages

Quatrième de couverture

Hiver 1945. Quatre adolescents. Quatre destinées.

Chacun né dans un pays différent.
Chacun traqué et hanté par sa propre guerre. Parmi les milliers de réfugiés fuyant à pied vers la côte de la mer Baltique devant l’avancée des troupes soviétiques, quatre adolescents sont réunis par le destin pour affronter le froid, la faim, la peur, les bombes… Tous partagent un même but: embarquer sur le Wilhelm Gustloff, un énorme navire promesse de liberté…

Ruta Sepetys révèle la plus grande tragédie de l’histoire maritime, qui a fait six fois plus de victimes que le Titanic. Cette catastrophe méconnue lui inspire une vibrante histoire d’amour, de courage et d’amitié.

 

Mon avis

Tout d’abord pour ceux et celles que ça pourrait déranger ne vous arrêtez pas au « jeunesse » de Gallimard Jeunesse. Ce livre est excellent et doit être également lu par les adultes.

Une excellente lecture, un bon roman historique qui relate une catastrophe pire que le Titanic et dont je n’avais entendu parler pourtant j’ai lu pas mal de chose sur la seconde guerre mondiale.

Le drame de cette tragédie maritime est terrible et il en est de même des réfugiés de guerre qui fuient l’armée Russe qui ravage tout sur son passage.

J’ai lu pas mal de romans ou témoignages sur la seconde mondiale et j’avoue que ce que j’ai lu dans ce roman m’était totalement inconnu.

Ce roman est très bien écrit, les personnages attachants. J’ai eu une préférence pour Joana qui est admirable. Mais d’autres m’ont beaucoup marqué. J’ai beaucoup aimé d’avoir le point de vue de chaque personnage et le ressenti de chacun, chaque chapitre porte le nom d’un protagoniste et cela apporte énormément au lecteur.

Ce livre est un incontournable, à lire absolument.