Un paquebot dans les arbres – Valentine Goby

1507-1

Editions Acte Sud

266 pages

Lu dans le cadre des Matchs de la rentrée littéraires 2016 Priceminister que je remercie grandement.

logo_rentreelitteraire

 

 

Quatrième de couverture

Au milieu des années 1950, Mathilde sort à peine de l’enfance quand la tuberculose envoie son père et, plus tard, sa mère au sanatorium d’Aincourt. Cafetiers de La Roche-Guyon, ils ont été le coeur battant de ce village des boucles de la Seine, à une cinquantaine de kilomètres de Paris.
Doué pour le bonheur mais totalement imprévoyant, ce couple aimant est ruiné par les soins tandis que le placement des enfants fait voler la famille en éclats, l’entraînant dans la spirale de la dépossession. En ce début des Trente Glorieuses au nom parfois trompeur, la Sécurité sociale protège presque exclusivement les salariés, et la pénicilline ne fait pas de miracle pour ceux qui par insouciance, méconnaissance ou dénuement tardent à solliciter la médecine.
À l’âge où les reflets changeants du fleuve, la conquête des bois et l’insatiable désir d’être aimée par son père auraient pu être ses seules obsessions, Mathilde lutte sans relâche pour réunir cette famille en détresse, et préserver la dignité de ses parents, retirés dans ce sanatorium – modèle architectural des années 1930 –, ce grand paquebot blanc niché au milieu des arbres.
Mon avis

Une très bonne lecture mais une lecture presque douloureuse tellement c’est triste. Ce n’est pas la tristesse qui est réellement présente mais plutôt la fatalité, la fatalité de la vie qui fait dire que « la vie n’est pas un long fleuve tranquille ».  Mathilde et sa famille sont heureux, ni riche ni pauvre mais tout simplement heureux, le bonheur est là. Puis la maladie du père va tout faire basculer, les mauvais choix, la faute à pas de chance.

Sincèrement on a mal pour eux, cette lecture rend triste et vous met le moral à zéro, ce fût en tout cas ce que j’ai ressenti. Donc il vaut mieux avoir un bon moral pour lire ce roman. On ne peut aussi qu’admirer le courage et l’opiniâtreté de Mathilde.

Et là je me dis que l’auteur est un excellent auteur parce qu’elle réussi à nous immerger dans son livre auprès de la Mathilde et de sa famille. On se sent propre de chacun d’eux.

 

Un excellent roman et le reflet d’une époque.

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s